Communion-en-rose-laetare-gaudate.jpg


Ce quatrième Dimanche de Carême du 14 mars 2021, traditionnellement désigné comme « Dimanche Lætare » (Dimanche de Joie), premier mot de l'antienne d'ouverture de la Liturgie de la Sainte Messe en rose, est empreint d'une Joie qui, dans une certaine mesure, adoucit le climat de pénitence et de confinement du Coronavirus de ce Temps saint. Le violet disparait laissant place au rose dans la Liturgie comme une pause au milieu du Saint Carême. Aujourd'hui, la Liturgie nous invite à nous réjouir parce que Pâques, le Jour de la Victoire du Christ sur le péché et la mort, approche…


« Lætáre, Ierúsalem : et convéntum fácite, omnes qui dilígitis eam : gaudéte cum lætítia, qui in tristítia fuístis : ut exsultétis, et satiémini ab ubéribus consolatiónis vestræ ».

« Réjouis-toi, Jérusalem, et rassemblez-vous, vous tous qui l’aimez ; tressaillez de joie avec elle, vous qui avez été dans la tristesse afin que vous exultiez et soyez rassasiés à la mamelle de vos consolations ».


« Sainte Messe du Quatrième Dimanche de Carême de Lætare » du 14 mars 2021 (année « B ») :


Parole de Dieu pour ce Quatrième Dimanche du Carême dit de Lætare : la Grâce du Salut ! « L'Invitation de Jésus est Lumineuse : il faut aller vers la Lumière ! N'est-ce pas la raison même du Carême qui résonne en ce Dimanche de Laetare, de la joie ? Au terme, dans la Vigile, chacun recevra une part du Feu Pascal afin d'accomplir les Paroles adressées à Nicodème. Ce Don sera le Signe du Pardon que Dieu offre à Son peuple, la fin de l'exil. Ce retour est à l'image de ceux que nous vivons parfois dans nos existences. Si nos infidélités nous éloignent de Lui, Dieu ne cessera jamais de nous proposer de faire alliance à nouveau. Seulement, il nous faudra tourner notre regard vers le Christ. En levant les yeux vers la Croix, nous en découvrons la Vérité : le Fils élevé de terre est la Lumière des Nations. En Le contemplant, le Jugement s'accomplit comme Puissance de Salut et de Libération. Paul peut alors alerter les Chrétiens de la ville d'Éphèse : C'est bien par Grâce que vous êtes sauvés. Les œuvres que nous accomplissons ne sont pas de notre seul fait, mais elles témoignent que c'est la Vie même de Dieu qui agit en nous. Dans son Journal d'un curé de campagne, Bernanos a bien raison de lui faire dire au terme de sa vie que « tout est Grâce ». Tout n'est pas parfait, tout n'est pas joyeux, tout n'est pas facile. Mais tout peut être l'occasion pour le Père de nous mettre à la hauteur du Fils, dans la Puissance de l'Esprit Saint. Voilà le chemin de la foi qui s'ouvre devant nous » (Père Olivier Praud)


L’esprit du 4ème Dimanche du Carême de Lætare (année B) : Quand Dieu opère… « Quand Dieu veut soigner une plaie, Il commence par affaiblir la personne à soigner, comme dans une anesthésie générale. Ainsi, à l'époque de la destruction du Temple par Nabucodonosor, cela faisait longtemps que le peuple s'était éloigné de Dieu et qu'il n'écoutait plus ses Paroles ni ne mettait ses Lois en pratique. Le roi et tout le peuple avaient oublié qui leur avait donné cette terre et ces richesses, et ne pensaient qu'à la politique et à l'économie, sans plus se préoccuper de religion. Alors Dieu les livre à leurs ennemis, pour qu'ils vivent dans l'esclavage qui n'est que la conséquence de la perte de liberté qui nous arrive quand on oublie Dieu, le temps de soigner la plaie et de rétablir, cinquante ans plus tard, un nouveau Temple et un peuple revenu à de meilleurs sentiments. Dans un sens, c'est aussi ce qui s'est passé avec la Mort de Jésus. Avec Lui, on voit porté à son paroxysme le péché du monde : quand on rejette Dieu, on n'hésite plus à tuer l'innocent, ce ne sont pas les prétextes qui manquent, et si l'Innocent est Dieu Lui-même, eh bien tant mieux, on a fait d'une pierre deux coups, personne désormais ne pourra s'opposer à ce qu'on prenne sa Place et qu'on décide ce qui est bien et mal sans être embêtés par une religion ou une morale qui nous empêchait d'agir à notre guise. Seulement, de même que Dieu avait permis la reconstruction du Temple, Il a ressuscité Jésus Christ, refondant une religion qui Lui rende le culte qui Lui plaît, celui de l'Amour de Dieu et du prochain, du don de soi, de la générosité et du partage. Quand on voit l'état de l'Église aujourd'hui, on peut se demander si on n'est pas dans une de ces époques de purification et d'anesthésie générale, du genre qui arrive quand on s'est éloignés de Dieu. Si l'Église n'avait pas été affaiblie par une désertion massive depuis des décennies, aurait-on pu couper dans Ses plaies, et La faire entrer dans une époque de purification et de retour à Dieu ? Aurait-il été question d'assainir Ses finances, jusqu'à faire un audit de Sa banque personnelle ? De se défaire des Prêtres abusant de leur situation d'autorité pour s'en prendre aux plus faibles et aux plus petits ? De remettre en cause l'organisation de la Curie et le carriérisme qui La caractérisait jusqu'alors ? D'aller jusqu'à punir des Evêques ou des Cardinaux qui auraient confondu le service de leur charge avec un pouvoir sans limites ? Je sais bien qu'on est aujourd'hui le Dimanche de Laetare, le Dimanche de la réjouissance, petite pause au milieu du Carême. Mais il est difficile de se réjouir quand on est en pleine opération, avec des tuyaux dans tous les sens, quasi nu et totalement démuni sur une table glaciale. Et pourtant, quand l'opération est nécessaire, quelle chance de pouvoir en bénéficier ! Il y a tellement de pays où ceux qui sont malades n'ont pas droit au moindre soin, qu'on ne peut pas se plaindre quand on est opéré, pour aussi douloureuse et peu réjouissante que soit l'opération elle-même. L'Église est sur la table d'opération. Mais il ne s'agit pas de faire émerger une autre Église, avec des règles inventées au hasard pour faire plaisir à quelques personnes. Elle ne doit pas sortir de l'hôpital avec une jambe en moins ou un troisième œil greffé sur le front. Ce dont il s'agit, c'est de revenir à la santé pleine et entière, de retrouver l'enthousiasme de la première Communauté Chrétienne, pleine de foi, d'humilité et de générosité. Alors nous n'aurons pas souffert en vain » (Père Fabrice Chatelain)


Signe-de-Croix Au nom du Père et du Fils et du Saint-Esprit. Ainsi soit-il.


Antienne d'ouverture de la Sainte « Messe du 4ème Dimanche du Carême » dit de « Lætare » du 14 mars 2021 (année « B ») :

« Réjouissez-vous avec Jérusalem, exultez à cause d'elle, vous tous qui l'aimez ! Avec elle, soyez pleins d'allégresse, vous tous qui portiez son deuil ! Ainsi vous serez nourris et rassasiés de l'abondance de sa joie »


Prière d’Ouverture de la Sainte « Messe du 4ème Dimanche du Carême » dit de « Lætare » du 14 mars 2021 (année « B ») :

« Dieu qui as réconcilié avec toi toute l'humanité en lui donnant ton propre Fils, augmente la foi du Peuple Chrétien, pour qu'il se hâte avec amour au-devant des Fêtes Pascales qui approchent. Par Jésus, le Christ, Notre Seigneur » Ainsi soit-il.


Lectures de la Sainte « Messe du 4ème Dimanche du Carême » dit de « Lætare » du 14 mars 2021 (année « B ») :




Première Lecture du Deuxième Livre des Chroniques (2 Ch 36, 14-16.19-23) de la Sainte « Messe du 4ème Dimanche du Carême » dit de « Lætare » du 14 mars 2021 (année « B ») :

« La Colère et la Miséricorde du Seigneur manifestées par l’exil et la délivrance du peuple »

« En ces jours-là, tous les chefs des prêtres et du peuple multipliaient les infidélités, en imitant toutes les abominations des nations païennes, et ils profanaient la Maison que le Seigneur avait consacrée à Jérusalem. Le Seigneur, le Dieu de leurs pères, sans attendre et sans se lasser, leur envoyait des messagers, car Il avait pitié de son Peuple et de sa Demeure. Mais eux tournaient en dérision les envoyés de Dieu, méprisaient ses Paroles, et se moquaient de Ses prophètes ; finalement, il n’y eut plus de remède à la Fureur grandissante du Seigneur contre son Peuple. Les Babyloniens brûlèrent la Maison de Dieu, détruisirent le rempart de Jérusalem, incendièrent tous ses palais, et réduisirent à rien tous leurs objets précieux. Nabucodonosor déporta à Babylone ceux qui avaient échappé au massacre ; ils devinrent les esclaves du roi et de ses fils jusqu’au temps de la domination des Perses. Ainsi s’accomplit la Parole du Seigneur proclamée par Jérémie : « La terre sera dévastée et elle se reposera durant 70 ans, jusqu’à ce qu’elle ait compensé par ce repos tous les sabbats profanés ». Or, la première année du règne de Cyrus, roi de Perse, pour que soit accomplie la Parole du Seigneur proclamée par Jérémie, le Seigneur inspira Cyrus, roi de Perse. Et celui-ci fit publier dans tout son royaume – et même consigner par écrit – : « Ainsi parle Cyrus, roi de Perse : Le Seigneur, le Dieu du Ciel, m’a donné tous les royaumes de la terre ; et il m’a chargé de Lui bâtir une Maison à Jérusalem, en Juda. Quiconque parmi vous fait partie de son Peuple, que le Seigneur son Dieu soit avec lui, et qu’il monte à Jérusalem ! »

Le sens de cette Première Lecture du Deuxième Livre des Chroniques (2 Ch 36, 14-16.19-23) Le Livre des Chroniques ressemble à un cours d'histoire, mais en réalité, c'est un Catéchisme. En racontant, par exemple, la catastrophe de la prise de Jérusalem par le roi de Babylone (Nabucodonosor), puis l'Exil à Babylone et ensuite le retour de l'Exil, l'auteur veut mettre en valeur deux évidences de la foi : premièrement, la longue Patience de Dieu ; deuxièmement, son Œuvre inlassable de Libération.



Psaume 136 (Ps 136 (137), 1-2, 3, 4-5, 6) de la Sainte « Messe du 4ème Dimanche du Carême » dit de « Lætare » du 14 mars 2021 (année « B ») :

R/ Que ma langue s’attache à mon palais si je perds ton Souvenir ! (cf. Ps 136, 6a)

Au bord des fleuves de Babylone
Nous étions assis et nous pleurions,
Nous souvenant de Sion ;
Aux saules des alentours
Nous avions pendu nos harpes.

C’est là que nos vainqueurs
Nous demandèrent des chansons,
Et nos bourreaux, des airs joyeux :
« Chantez-nous, disaient-ils,
Quelque chant de Sion. »

Comment chanterions-nous un Chant du Seigneur
Sur une terre étrangère ?
Si je T’oublie, Jérusalem,
Que ma main droite m’oublie !

Je veux que ma langue s’attache à mon palais
Si je perds ton Souvenir,
Si je n’élève Jérusalem
Au sommet de ma joie.


Deuxième Lecture de la Lettre de Saint Paul Apôtre aux Éphésiens (Ep 2, 4-10) de la Sainte « Messe du 4ème Dimanche du Carême » dit de « Lætare » du 14 mars 2021 (année « B ») :

« Morts par suite des fautes, c’est bien par Grâce que vous êtes sauvés »

« Frères, Dieu est riche en Miséricorde ; à cause du grand Amour dont Il nous a aimés, nous qui étions des morts par suite de nos fautes, Il nous a donné la Vie avec le Christ : c’est bien par Grâce que vous êtes sauvés. Avec Lui, Il nous a ressuscités et Il nous a fait siéger aux Cieux, dans le Christ Jésus. Il a voulu ainsi montrer, au long des âges futurs, la richesse surabondante de sa Grâce, par sa Bonté pour nous dans le Christ Jésus. C’est bien par la Grâce que vous êtes sauvés, et par le moyen de la foi. Cela ne vient pas de vous, c’est le Don de Dieu. Cela ne vient pas des actes : personne ne peut en tirer orgueil. C’est Dieu qui nous a faits, Il nous a créés dans le Christ Jésus, en vue de la réalisation d’œuvres bonnes qu’Il a préparées d’avance pour que nous les pratiquions ».


Gloire et louange à Toi, Seigneur Jésus !

« Dieu a tellement aimé le monde qu’Il a donné son Fils unique, afin que ceux qui croient en Lui aient la Vie éternelle » (cf. Jn 3, 16)

Gloire et louange à Toi, Seigneur Jésus !


Saint Évangile de Notre Seigneur Jésus Christ selon Saint Jean (Jn 3, 14-21) pour la Sainte « Messe du 4ème Dimanche du Carême » dit de « Lætare » du 14 mars 2021 (année « B ») :


« Dieu a envoyé son Fils pour que, par Lui, le monde soit sauvé »

« En ce Temps-là, Jésus disait à Nicodème : « De même que le serpent de bronze fut élevé par Moïse dans le désert, ainsi faut-il que le Fils de l’homme soit élevé, afin qu’en Lui tout homme qui croit ait la Vie éternelle. Car Dieu a tellement aimé le monde qu’Il a donné son Fils unique, afin que quiconque croit en Lui ne se perde pas, mais obtienne la Vie éternelle. Car Dieu a envoyé son Fils dans le monde, non pas pour juger le monde, mais pour que, par Lui, le monde soit sauvé. Celui qui croit en Lui échappe au Jugement, celui qui ne croit pas est déjà jugé, du fait qu’il n’a pas cru au Nom du Fils unique de Dieu. Et le Jugement, le voici : la Lumière est venue dans le monde, et les hommes ont préféré les ténèbres à la Lumière, parce que leurs œuvres étaient mauvaises. Celui qui fait le mal déteste la Lumière : il ne vient pas à la Lumière, de peur que ses œuvres ne soient dénoncées ; mais celui qui fait la vérité vient à la Lumière, pour qu’il soit manifeste que ses œuvres ont été accomplies en union avec Dieu ».


Prière Universelle de la Sainte « Messe du 4ème Dimanche du Carême » dit de « Lætare » du 14 mars 2021 (année « B ») :

Ces intentions sont à adapter en fonction de l'actualité et de l'Assemblée qui célèbre.

R/ Dans ta Miséricorde, Seigneur écoute-nous

« Saint Paul nous dit que Tu es riche en Miséricorde, Seigneur. Creuse en Tes fidèles le désir de se tourner vers ta Miséricorde à travers le Sacrement de Pénitence et de Réconciliation. Entends nos prières, Seigneur ». R/

« Celui qui croit en Jésus échappe au Jugement ». Mets dans le cœur de Tes fidèles, Dieu Très Bon, le désir de T'annoncer, Père, Fils et Esprit Saint, afin de Te gagner des âmes pour que ton Amour inonde le monde. Nous T'en prions, Père Très Aimant ». R/

« Afin que les responsables de tous ordres s'acharnent à faire le bien plutôt que le mal, nous Te prions, Père Très Bon. Et si ces responsables ne T'aiment pas encore ou ne Te connaissent pas, que leur volonté de faire le bien soit une porte ouverte pour que Tu viennes habiter leur cœur et qu'ils Te rencontrent ». R/

« Celui qui fait la vérité vient à la Lumière ». Ô Père de Miséricorde, bannis de toute vie, de toute discussion, le mensonge. Donne à chacun la conviction et la certitude que le mensonge ne mène jamais au bien mais en détourne ». R/

Dieu Éternel et Tout-Puissant, Consolation des affligés et Force de ceux qui peinent, laisse monter vers Toi les prières des hommes qui T'appellent. Par Jésus, le Christ, Notre Seigneur.


Prière sur les Offrandes de la Sainte « Messe du 4ème Dimanche du Carême » dit de « Lætare » du 14 mars 2021 (année « B ») :

« Seigneur, nous Te présentons dans la joie le Sacrifice qui sauve notre vie, et nous Te prions humblement : accorde-nous de Le célébrer avec respect et de savoir L'offrir pour le Salut du monde. Par Jésus, le Christ, Notre Seigneur »


Préface de la Sainte « Messe du 4ème Dimanche du Carême » dit de « Lætare » du 14 mars 2021 (année « B ») :

Vraiment, il est juste et bon de Te rendre gloire, de T'offrir notre action de grâce, toujours et en tout lieu, à Toi, Père très Saint, Dieu Éternel et Tout-Puissant. Car Tu veux, par notre jeûne et nos privations, réprimer nos penchants mauvais, élever nos esprits, nous donner la force et enfin la Récompense, par le Christ, Notre Seigneur. Par Lui, avec les anges et tous les Saints, nous chantons l'hymne de ta Gloire et sans fin nous proclamons : ...

« Sanctus, Sanctus, Sanctus Dominus Deus Sabaoth. Pleni sunt caeli et terra gloria tua. Hosanna, in excélsis. Benedictus qui venit in nomine Domini. Hosanna, in excélsis ! »

Communion-Salutaris-Hostia.jpg

Antienne de la Sainte Communion de la Sainte « Messe du 4ème Dimanche du Carême » dit de « Lætare » du 14 mars 2021 (année « B ») :

« Le Seigneur a mis de la boue sur mes yeux, je me suis lavé, et maintenant je vois, et je crois »


Voir l’Acte de Communion Spirituelle afin de permettre aux Fidèles Catholiques de Communier spirituellement face au Coronavirus dans un Jeûne Eucharistique en ce temps dit de « déconfinement face au Coronavirus » où les autorités civiles de Macron nous interdisent toujours de recevoir la Sainte Communion sur les lèvres : « Seigneur Jésus, puisque je suis empêché de Te recevoir sacramentellement » composé par Monseigneur Raymond Centène. Voir également la Prière du Cardinal Rafael Merry del Val pour une Communion Spirituelle « Ô mon Jésus, dans l’attente du bonheur de la Communion sacramentelle, je veux Te posséder en esprit » prononcée par le Pape François lors de sa Messe matinale à Sainte-Marthe le lundi 23 mars 2020.


Prière après la Sainte Communion de la Sainte « Messe du 4ème Dimanche du Carême » dit de « Lætare » du 14 mars 2021 (année « B ») :

« Dieu qui éclaires tout homme venant en ce monde illumine nos cœurs par la clarté de ta Grâce : afin que toutes nos pensées soient dignes de Toi, et notre amour, de plus en plus sincère. Par Jésus, le Christ, Notre Seigneur ».


Et que Dieu Tout-Puissant vous bénisse...

Signe-de-Croix Au nom du Père et du Fils et du Saint-Esprit. Ainsi soit-il.


V/ Ita Missa est.
R/ Deo gratias.

V/ Allez, dans la Paix du Christ.
R/ Nous rendons Grâce à Dieu.



Vidéo de la « Sainte Messe du Quatrième Dimanche de Carême » dit de « Lætare » du 14 mars 2021 (année « B ») célébrée et prêchée parMgr Xavier d'Arodes de Peyriagues, Vice recteur du Sanctuaire de Lourdes :




Vidéo de la « Sainte Messe du Quatrième Dimanche de Carême » dit de « Lætare » du 14 mars 2021 (année « B ») célébrée et prêchée par Mgr Michel Aupetit en l'église Saint-Germain l'Auxerrois à Paris :