Le témoignage écrit de Thérèse « La Grâce du Sacrement de Mariage au quotidien » :

« Dans mon malheur, j'ai eu beaucoup de chance de rencontrer Dieu. C'est ce parcours après ma séparation dont j'ai envie de témoigner.

Mon mari et moi nous sommes rencontrés en 1984 lors d'une préparation d'une tournée théâtrale pour jeunes. Très vite nous avons été attirés l'un par l'autre, un coup de foudre si l'on peut dire. Deux ans après notre rencontre, François m'a demandé si je voulais être son épouse. Il n'était pas question pour nous de vivre ensemble sans nous engager l'un envers l'autre, nous voulions nous marier et nous marier à l'Église. Nous avons eu trois filles que nous avons éduquées dans la Foi.

Après 15 ans de vie commune, mon mari m'a quittée pour vivre une nouvelle relation. Je ne comprenais rien à ce qui m'arrivait, j'avais honte de cette séparation et je ressentais aussi de la culpabilité, des questionnements : pourquoi ne m'aime-t-il plus ? Qu'est-ce qu'elle a de plus que moi ?

J'avais aussi une grande colère et une grande incompréhension envers Dieu. Pourquoi, Lui qui est Amour, permet-Il les gestes de non-amour, les déchirures, les infidélités ? Je n'ai pas eu de réponse à ces questions dans l'immédiat si ce n'est que je me sentais poussée à aller à la Messe tous les dimanches (ce qui n'était pas le cas avant) livrant à Dieu toutes ces questions et laissant couler mes larmes.

Voyant ma souffrance, un Prêtre de ma paroisse m'a proposé de la dire à Dieu. Nous sommes partis vers une Chapelle et nous avons prié. Puis j'ai exprimé mon incompréhension face au départ de François, la difficulté de communiquer entre nous. Peu à peu, j'ai commencé à percevoir la grandeur du Sacrement de Mariage. Quelques semaines plus tard, nous sommes retournés dans cette Chapelle et j'ai reçu cette phrase de l'évangile : « Venez à moi vous tous qui peinez sous le poids du fardeau, et moi je vous donnerai le repos. Prenez sur vous mon joug et mettez-vous à mon école, car je suis doux et humble de cœur, et vous trouverez le repos de vos âmes. Oui, mon joug est facile à porter et mon fardeau léger » (Mt 11, 28-30).

Invitation pas facile à entendre mais pleine de vérité et de réalisme. J'ai longuement médité cette phrase et j'y repense encore souvent d'autant qu'elle revient régulièrement dans la Liturgie. Petit à petit j'ai déposé ce fardeau trop lourd pour mes épaules, j'ai accepté que Jésus m'aide à porter cette croix qui est devenue progressivement plus légère.

Une deuxième étape de ce parcours fut de découvrir le Sacrement de Réconciliation comme lieu d'une rencontre, d'une intimité, d'un Cœur à cœur avec Dieu. J'ai découvert à quel point j'étais aimée de Lui et combien ce Pardon reçu m'a permis à mon tour de pardonner à François. Ce désir de pardonner a grandi chaque fois que je récitais le « Notre Père » : « Pardonne-nous nos offenses comme nous pardonnons aussi à ceux qui nous ont offensés ». J'ai posé cet acte peu de temps avant notre divorce ce qui m'a procuré une grande joie intérieure et une grande paix. Et en même temps, je me rendais compte que je libérais François du poids du jugement. C'est une vraie libération quand le pardon est donné librement et gratuitement.

Cependant la question de mon choix de vie se posait toujours. Allais-je rester fidèle toute ma vie et rester seule ou m'ouvrir à une nouvelle rencontre ? En effet, j'avais la conviction de pouvoir rendre un homme heureux. Ce choix je devais le faire dans la plus grande liberté et avant de tomber amoureuse de quelqu'un d'autre car, à ce moment-là, les sentiments prendraient le pas sur la conscience éclairée.

C'est au cours d'une retraite dans un Foyer de Charité que j'ai pu discerner que mon désir de rester fidèle était le plus grand. Ce choix m'a permis de me remettre en route. Ce n'est pas toujours un chemin facile mais il procure tellement de joie que l'on oublie les difficultés, les embûches, la solitude. Ce fut un tel bonheur pour moi de découvrir, par un choix libre, ce chemin de fidélité que j'avais besoin de le dire, de l'exprimer.

C'est ainsi que j'ai décidé de renouveler le « Oui » de notre Mariage devant ma communauté paroissiale entourée d'amis et de ma famille. Plusieurs personnes ont réagi face à cette annonce. Peu de gens comprenaient la démarche et même un certain nombre y était opposé puisque le divorce était prononcé. Je me suis interrogée mais j'ai senti que Dieu était à mes côtés, et c'est pleine de sérénité que j'ai renouvelé mon engagement envers François, dans la Paix du Christ. Pour ce temps de prière j'avais choisi un passage de la Lettre aux Éphésiens (Ep 2, 8-10) : « C'est par la Grâce que vous êtes sauvés à cause de votre foi. Cela ne vient pas de vous, c'est un Don de Dieu. Cela ne vient pas de vos actes, il n'y a pas à en tirer orgueil. C'est Dieu qui nous a faits ». J'ai reçu la grâce de rester fidèle à François et c'est un bonheur intérieur immense. Être fidèle à cet engagement donne sens à ma vie. Et je voudrais remercier Dieu de ce si beau cadeau. Ce chemin n'évite pas nécessairement les tensions avec le conjoint, cependant il m'assure qu'un Autre, plus grand, plus fort est là à mes côtés pour me soutenir, m'encourager à poursuivre cette purification de l'Amour.

Plusieurs personnes m'ont dit que j'avais reçu un appel particulier à vivre cette Fidélité comme une seconde vocation dans le Mariage. Je ne le vois pas ainsi. Le « Oui » du jour du Mariage est un « Oui » pour toujours qui garde son effet si on veille sur lui. Ce « Oui » a été inscrit dans mon cœur et même si j'ai douté au carrefour de ma vie, je crois simplement que j'ai laissé mon cœur et mes oreilles ouverts pour réentendre ce « Oui » que j'avais dit à François devant les hommes et devant Dieu. La vocation d'époux et d'épouse est gravée dans les cœurs le jour du Mariage et chacun est appelé à veiller sur son « Oui » jour après jour. Au début de notre séparation, ce Sacrement m'est apparu comme un boulet à traîner puisqu'il m'empêchait de me « remarier » à l'église, aujourd'hui je suis heureuse d'avoir choisi la Fidélité car ce chemin m'a ouvert le cœur à Dieu et aux autres ».

Thérèse - Témoignage du livre « Séparés, Divorcés à cœur ouvert » diffusé à Radio Maria le 20 juillet 2016

Livre-Separes-divorces-a-coeur-ouvert.jpg


Pour écouter d’autres « Témoignages audio des Séparés ou Divorcés Fidèles »

Radio-Maria.jpg