noli-me-tangere.jpg

Ils (les 2 anges) lui demandent : « Femme, pourquoi pleures-tu ? » Elle leur répond : « On a enlevé mon Seigneur, et je ne sais pas où on L'a déposé » . Ayant dit cela, elle se retourna ; elle aperçoit Jésus qui se tenait là, mais elle ne savait pas que c'était Jésus. Jésus lui dit : « Femme, pourquoi pleures-tu ? Qui cherches-tu ? » Le prenant pour le jardinier, elle Lui répond : « Si c'est toi qui L'as emporté, dis-moi où tu L'as déposé, et moi, j'irai Le prendre » . Jésus lui dit alors : « Marie ! » S'étant retournée, elle Lui dit en hébreu : « Rabbouni ! », c'est-à-dire : Maitre ! (Jn 20, 13-16)



Chers frères et sœurs bien aimés de la Communion Notre-Dame de l'Alliance,

Ce récit du matin de Pâques ne nous est-il pas familier ? Ces quelques versets ne résument-ils pas notre parcours de personnes mariées sacramentellement vivant seules à la suite d’une séparation ou d’un divorce ? Ils Lui demandent : « Femme, pourquoi pleures-tu ? » (Jn 20, 13a). Suite à la séparation, parfois la trahison, que de larmes versées sur toute notre vie qui s'écroule, toute notre existence qui n'a plus de sens, notre être qui n'est plus aimé, nos enfants qui n'ont plus de foyer uni. Un échec apparent, tel qu'a été perçue la mort du Christ pour qui les disciples avaient tout quitté.

« On a enlevé mon Seigneur, et je ne sais pas où on L'a déposé » (Jn 20, 13b). Sans parvenir à Le retrouver, nous avons cherché le corps de notre Mariage, ce corps qui s'est abîmé au fil du temps, par l'usure, la trahison ou la maladie, en somme par le pêché. Le corps du Christ flagellé.

Ayant dit cela, elle se retourna ; elle aperçoit Jésus qui se tenait là, mais elle ne savait pas que c'était Jésus (Jn 20, 14). Jésus est ressuscité. Il est là, mais nous ne Le reconnaissons pas, tant la souffrance voile notre regard. Nous cherchions un corps meurtri dans un tombeau. Oui, c'était bien au tombeau qu'il fallait se rendre, mais pour apercevoir le Christ, il a fallu se retourner. Car Il n'est pas mort mais ressuscité. Pour voir notre Mariage dans son nouveau corps glorieux, ressuscité des morts, le Seigneur nous invite à aller au tombeau et à nous retourner.

Jésus est plein de compassion et de tendresse. Il commence par nous rejoindre dans notre souffrance. Jésus lui dit : « Femme, pourquoi pleures-tu ? Qui cherches-tu ? » (Jn 20, 15a). Délicatement, Il nous ouvre les yeux sur la réalité toujours présente de notre Mariage. Les plaies sont toujours là mais le corps est transfiguré par l'Amour. Rien n'a changé et tout a changé.

Jésus lui dit alors : « Marie ! » S'étant retournée, elle Lui dit en hébreu : « Rabbouni ! », c'est-à-dire : Maître ! (Jn 20, 16). Marie ne s'était-elle pas déjà tournée ? Mais, pour trouver Jésus, il faut sans cesse se retourner. Il nous appelle par notre prénom ; que c'est doux ! Nous qui pensions ne plus rien valoir, voyez comme nous avons du prix à Ses yeux. À la suite du Maître, nous voilà ressuscités avec Lui.

Le Christ, au cœur du Sacrement de notre Mariage, a souffert et est mort, pour nous ouvrir le passage à la vie éternelle, où il n'y a plus que l'Amour qui règne. La passion de notre alliance se fond dans la Sienne, et sa Résurrection devient la nôtre. Échec en apparence, notre Mariage devient une Source inépuisable d'espérance, ressuscité en Christ.

Si donc vous êtes ressuscités avec le Christ, recherchez les réalités d'en haut : c'est là qu'est le Christ, assis à la droite de Dieu. Pensez aux réalités d'en haut, non à celles de la terre.

En effet, vous êtes passés par la mort, et votre vie reste cachée avec le Christ en Dieu (Col 3, 1-3)

Sainte et Joyeuse Fête de Pâques, frères et sœurs bien-aimés de la Communion Notre-Dame de l'Alliance. Oui. Christ est Ressuscité ! Alléluia !!!

En Communion de Prières les uns pour les autres dans la foi au Christ et l'amitié fraternelle,

Communion-Notre-Dame-Alliance-100.jpg