Sainte Messe du Vingtième Dimanche après la Pentecôte (Dominica Vigesima post Pentecosten) :


2ème classe - Ornements Verts

Jésus dit à l'officier : « Va, ton fils vit »

Avec le retour de l'automne et la nature qui se dépouille de ses feuilles, la Liturgie de ce Dimanche veut nous faire prendre encore plus conscience de la pauvreté de notre condition humaine - comme à nu devant Dieu -, et entretenir ainsi notre désir du Ciel contre la tentation de s'installer ici-bas (Épître). « Nous traversons des jours mauvais » nous dit Saint Paul, et la vie nous pèse bien souvent : animons notre Foi en notre Seigneur - Lui Seul peut nous guérir de tous nos maux (Évangile) - et rendons-Lui grâces pour Tout (Épître).


INTROÏT : (Daniel 3, 31.29.35)
Reconnaissons humblement nos fautes, acceptons toutes nos épreuves en esprit de Pénitence, mais surtout confions-nous en la Divine Miséricorde :

Omnia, quæ fecísti nobis, Dómine, in vero iudício fecísti, quia peccávimus tibi et mandátis tuis non obœdívimus : sed da glóriam nómini tuo, et fac nobíscum secúndum multitúdinem misericórdiæ tuæ.
Tout ce que Vous nous avez fait, Seigneur, Vous l’avez fait par un juste Jugement, car nous avons péché contre Vous et nous n’avons pas obéi à Vos Commandements ; mais glorifiez Votre Nom et agissez envers nous selon la multitude de Vos Miséricordes.

Ps. 118, 1 : Beáti immaculáti in via : qui ámbulant in lege Dómini.
Ps. 118, 1 : Heureux ceux qui sont Purs dans leurs voies, qui marchent dans la Loi du Seigneur.

V/. Gloria Patri, et Filio, et Spiritui Sancto, sicut erat in principio, et nunc et semper, et in saecula saeculorum. Amen (Gloire au Père et au Fils et au Saint-Esprit, comme Il était au Commencement, maintenant et toujours, dans les siècles des siècles. Ainsi soit-il)

Puis on répète l'antienne « Omnia, quæ fecísti nobis, Dómine » . Cette façon de répéter l'Introït s'observe pendant toute l'année.


COLLECTE :
Implorons le Pardon précieux du Seigneur. Il est d’autant mieux disposé à nous L’accorder, que nous Le demandons, dans la Collecte, par l’intermédiaire de la Sainte Église qui est l’Épouse :
Largíre, quǽsumus, Dómine, fidélibus tuis indulgéntiam placátus et pacem : ut páriter ab ómnibus mundéntur offénsis, et secúra tibi mente desérviant. Per Dóminum.
Laissez-Vous fléchir, Seigneur, et accordez à Vos fidèles le Pardon et la Paix, afin qu’ils soient purifiés de toutes leurs fautes, et qu’ils Vous servent avec un cœur rempli de confiance.


ÉPÎTRE : de Saint Paul aux Éphésiens 5, 15-21
Saint Paul nous exhorte à profiter des moindres occasions de notre vie pour nous tourner vers Dieu avec action de grâces  :

Léctio Epístolæ beáti Pauli Apóstoli ad Ephésios
Lecture de l’Épître du Bienheureux Apôtre Paul aux Éphésiens

Fratres : Vidéte, quómodo caute ambulétis : non quasi insipiéntes, sed ut sapiéntes, rediméntes tempus, quóniam dies mali sunt. Proptérea nolíte fíeri imprudéntes, sed intellegéntes, quæ sit volúntas Dei. Et nolíte inebriári vino, in quo est luxúria : sed implémini Spíritu Sancto, loquéntes vobismetípsis in psalmis et hymnis et cánticis spirituálibus, cantántes et psalléntes in córdibus vestris Dómino : grátias agéntes semper pro ómnibus, in nómine Dómini nostri Iesu Christi, Deo et Patri. Subiecti ínvicem in timóre Christi.
Mes frères, ayez soin de vous conduire avec circonspection, non comme des insensés, mais comme des sages ; rachetant le temps, parce que les jours sont mauvais. C’est pourquoi ne devenez pas inconsidérés mais comprenez quelle est la Volonté de Dieu. Et ne vous enivrez pas de vin, c’est de la débauche ; mais remplissez-vous de Saint-Esprit, vous entretenant par des psaumes et des hymnes et des cantiques spirituels, chantant et psalmodiant dans vos cœurs au Seigneur ; rendant grâces sans cesse pour toutes choses à Dieu le Père, au Nom de notre Seigneur Jésus-Christ ; vous soumettant les uns aux autres dans la Crainte du Christ.


GRADUEL : (Psaume 144, 15-16)
Redisons notre confiance envers Dieu de qui nous recevons Tout  :
Oculi ómnium in te sperant, Dómine : et tu das illis escam in témpore opportúno.
Les yeux de toutes les créatures espèrent en Vous, Seigneur, et Vous leur donnez la nourriture en temps opportun.
V/. Aperis tu manum tuam : et imples omne ánimal benedictióne.
V/. Vous ouvrez Votre main, et Vous comblez de Bénédictions tout ce qui respire.


ALLÉLUIA : (Psaume 107, 2)
Dieu est appelé Gloire de l’âme, non seulement comme Auteur de la Gloire qui doit rendre Bienheureuse cette âme pour l’éternité, mais aussi parce que Lui Seul est juste estimateur de nos mérites  :
Allelúia, allelúia.
V/. Parátum cor meum, Deus, parátum cor meum : cantábo, et psallam tibi, glória mea. Allelúia.
V/. Mon cœur est prêt, ô Dieu, mon cœur est prêt ; je chanterai, et je célébrerai Vos louanges sur la cithare, ô Vous qui êtes ma Gloire. Alléluia.


ÉVANGILE : (selon Saint Jean 4, 46-53)
Comme cet officier royal, nous sommes souvent impatients de voir agir Jésus, de voir des signes visibles. Il semble parfois qu’Il ne nous écoute pas, qu’Il ne veut pas nous exaucer : mais c’est pour que grandissent notre désir et notre Foi :

+ Sequéntia sancti Evangélii secundum Ioánnem
+ Suite du Saint Évangile selon Saint Jean

In illo témpore : Erat quidam régulus, cuius fílius infirmabátur Caphárnaum. Hic cum audísset, quia Iesus adveníret a Iudǽa in Galilǽam, ábiit ad eum, et rogábat eum, ut descénderet et sanáret fílium eius : incipiébat enim mori. Dixit ergo Iesus ad eum : Nisi signa et prodígia vidéritis, non créditis. Dicit ad eum régulus : Dómine, descénde, priúsquam moriátur fílius meus. Dicit ei Iesus : Vade, fílius tuus vivit. Crédidit homo sermóni, quem dixit ei Iesus, et ibat. Iam autem eo descendénte, servi occurrérunt ei et nuntiavérunt, dicéntes, quia fílius eius víveret. Interrogábat ergo horam ab eis, in qua mélius habúerit. Et dixérunt ei : Quia heri hora séptima relíquit eum febris. Cognóvit ergo pater, quia illa hora erat, in qua dixit ei Iesus : Fílius tuus vivit : et crédidit ipse et domus eius tota.
En ce temps-là, il y avait un officier du roi, dont le fils était malade à Capharnaüm. Ayant appris que Jésus venait de Judée en Galilée, il alla auprès de Lui, et Le pria de descendre, et de guérir son fils, qui était près de mourir. Jésus lui dit : Si vous ne voyez des signes et des prodiges, vous ne croyez point. L’officier Lui dit : Seigneur, descendez avant que mon fils meure. Jésus lui dit : Va, ton fils vit. Cet homme crut à la Parole que Jésus lui avait dite, et il s’en alla. Comme déjà il descendait, ses serviteurs vinrent au-devant de lui, et lui annoncèrent que son fils vivait. Il leur demanda l’heure à laquelle il s’était trouvé mieux ; et ils lui dirent : Hier, à la septième heure, la fièvre l’a quitté. Le père reconnut que c’était à cette heure-là que Jésus lui avait dit : Ton fils vit ; et il crut, lui, et toute sa maison.


OFFERTOIRE : (Psaume 136, 1)
Sion, c'est la Patrie, le Lieu où nous retrouverons notre Père. Babylone, c'est la terre d'exil où nous sommes encore :
Super flúmina Babylónis illic sédimus et flévimus : dum recordarémur tui, Sion.
Au bord des fleuves de Babylone, nous nous sommes assis, et nous avons pleuré en nous souvenant de Toi, Sion.


SECRÈTE :
La Secrète demande au Seigneur l’habituel Fruit Eucharistique, c’est-à-dire que le Divin Sacrement agisse en nous à la façon d’un médicament spirituel et d’un antidote contre le virus du péché qui intoxique notre sang :
Cæléstem nobis prǽbeant hæc mystéria, quǽsumus, Dómine, medicínam : et vítia nostri cordis expúrgent. Per Dóminum.
Nous Vous en supplions, Seigneur, faites que ces Mystères nous soient un Remède Céleste et purifient notre cœur de ses vices.


PRÉFACE de la SAINTE TRINITÉ :
La Préface suivante est dite :

Vere dignum et iustum est, æquum et salutáre, nos tibi semper et ubíque grátias ágere : Dómine sancte, Pater omnípotens, ætérne Deus.
Il est vraiment juste et nécessaire, c’est notre devoir et c’est notre Salut, de Vous rendre grâces toujours et partout, Seigneur, Père Saint, Dieu Éternel et Tout-Puissant.
Qui cum Unigénito Fílio tuo et Spíritu Sancto unus es Deus, unus es Dóminus : non in uníus singularitáte persónæ, sed in uníus Trinitáte substántiæ.
Avec votre Fils Unique, et le Saint-Esprit, Vous êtes un seul Dieu, Un seul Seigneur, non dans l’unité d’une seule personne, mais dans la Trinité d’une seule substance.
Quod enim de tua glória, revelánte te, crédimus, hoc de Fílio tuo, hoc de Spíritu Sancto, sine discretióne sentímus.
Car ce que nous croyons au sujet de votre Gloire, sur la foi de votre Révélation, de votre Fils et du Saint-Esprit, nous le croyons aussi, sans aucune différence.
Ut, in confessióne veræ sempiternǽque Deitátis, et in persónis propríetas, et in esséntia únitas, et in maiestáte adorétur æquálitas.
En sorte que, confessant la vraie et éternelle Divinité, nous adorons et la propriété dans les Personnes et l’Unité dans l’essence et l’égalité dans la Majesté.
Quam laudant Angeli atque Archángeli, Chérubim quoque ac Séraphim, qui non cessant clamáre cotídie, una voce dicéntes :
C’est Elle que louent les Anges et les Archanges, les Chérubins avec les Séraphins, qui ne cessent chaque jour de chanter en disant d’une voix unanime :


COMMUNION : (Psaume 118, 49-50)
Comme l'officier de l'Évangile, croyons aux Paroles et aux Promesses de Jésus :
Meménto verbi tui servo tuo, Dómine, in quo mihi spem dedísti : hæc me consoláta est in humilitáte mea.
Souvenez-Vous, Seigneur, de votre Parole à votre serviteur, de cette Parole en Laquelle Vous m’avez donné l’espérance ; c’est Elle qui m’a consolé dans mon humiliation.


POSTCOMMUNION :
Plus nous vivrons de Foi et d'Obéissance, plus nous sentirons combien nous avons besoin des Dons de Dieu :
Ut sacris, Dómine, reddámur digni munéribus : fac nos, quǽsumus, tuis semper obœdíre mandátis. Per Dóminum nostrum.
Afin que nous soyons rendus dignes de participer à Vos Dons Sacrés, faites, nous Vous en supplions, Seigneur, que nous obéissions toujours à Vos Préceptes.


Voir l’ensemble du déroulement de « l’Ordinaire de la Messe de Saint Pie V » en latin et en français avec des explications selon l’Ordo Missae de 1962 afin de mieux assister au Saint Sacrifice de la Messe

Guerison-du-fils-du-Centurion-a-Capharnaum-Jean-IV-46-53.jpg

Voir également sur la Guérison du Fils de l’Officier du Roi à Capharnaüm (Jean 4, 46-53) :
- La Méditation sur la Guérison du Fils d'un Officier à Capharnaüm « Daignez m’inspirer, ô Jésus, une Vive Foi » de Monsieur l’Abbé de Brandt
- La Prière sur la Guérison du Fils de l’Officier du Roi d’Adolphe Baudon de Mony « Ô Jésus, fortifiez ma Foi comme Celle du Centurion »
- La Prière sur le Don de la Foi de l’Abbé Le Tourneux « Vous voulez, mon Dieu, qu'on Vous prie avec Foi »
- La Prière pour nous guérir de la maladie du péché de Ludolphe de Saxe le Chartreux « Seigneur Jésus, ayez pitié de moi afin que je ne périsse point de la mort spirituelle »
- Les Prières et Résolutions pour chaque Jour de la Semaine du XXe Dimanche après la Pentecôte de l’Abbé Jean-Baptiste La Sausse sur la Guérison du fils du Centurion à Capharnaüm « Vous êtes guéri, vos péchés vous sont remis, persévérez dans mon Amour et vous irez au Ciel »
- La Deuxième Apologie en faveur de notre Foi « Je suis Chrétien, je m'en fais gloire, et, je l'avoue, tout mon désir est de Le paraître » de Saint Justin de Néapolis
- La Profession de Foi surnommée comme le Serment antimoderniste « Motu proprio Sacrorum antistitum » du Saint Pape Pie X
- Le Testament Spirituel du Pape Benoît XVI « Restez fermes dans la Foi ! Ne vous laissez pas troubler ! » publié le 31 décembre 2022
- Le Sermon sur la Guérison du Fils de l’Officier du Roi « La force de la Foi » de l’Abbé Denys de Crécy
- Le Sermon sur la Guérison du Fils de l’Officier Royal « Les obstacles à la Foi » de l’Abbé Nicolas Cadiet