Sainte Messe du Vingt-Troisième Dimanche après la Pentecôte (Dominica Vigesima tertia post Pentecosten) :


2ème classe - Ornements Verts

Jésus entra et prit la main de la jeune fille...

Après l'épisode du retour à la vie de l'enfant morte (Évangile), l'Église veut ranimer notre foi et notre confiance en notre propre Résurrection à la fin des temps. Si le Retour du Christ doit être terrible pour les pécheurs endurcis, quelle consolation et quelle joie il sera pour ceux qui auront cru, espéré et aimé jusqu'au bout ! Tous les textes nous parlent de ce Retour et de cette Libération, pour que grandisse notre désir du Salut.


INTROÏT : (Jérémie 29, 11-14)
L'Église prie avec les paroles des Israélites captifs à Babylone, et le Seigneur répond : Lui veut notre Paix, notre Liberté :

Dicit Dóminus : Ego cógito cogitatiónes pacis, et non afflictiónis : in vocábitis me, et ego exáudiam vos : et redúcam captivitátem vestram de cunctis locis.
Moi, j’ai des pensées de Paix et non d’affliction, dit le Seigneur ; vous m’invoquerez et je vous exaucerai, et je ramènerai vos captifs de tous les lieux.

Ps. 84, 2 : Benedixísti, Dómine, terram tuam : avertísti captivitátem Iacob.
Ps. 84, 2: Vous avez Béni, Seigneur, Votre terre, Vous ayez délivré Jacob de la captivité.

V/. Gloria Patri, et Filio, et Spiritui Sancto, sicut erat in principio, et nunc et semper, et in saecula saeculorum. Amen (Gloire au Père et au Fils et au Saint-Esprit, comme Il était au Commencement, maintenant et toujours, dans les siècles des siècles. Ainsi soit-il)

Puis on répète l'antienne « Dicit Dominus » . Cette façon de répéter l'Introït s'observe pendant toute l'année.


COLLECTE :
Notre faiblesse nous entraîne à de nombreux péchés, ce sont autant de chaînes qui nous paralysent :
Absólve, quǽsumus, Dómine, tuórum delícta populórum : ut a peccatórum néxibus, quæ pro nostra fragilitáte contráximus, tua benignitáte liberémur. Per Dóminum nostrum.
Pardonnez, nous Vous en supplions, Seigneur, les offenses de Vos peuples ; afin que, par votre Bonté, nous soyons délivrés des liens des péchés que notre fragilité nous a fait commettre. Par Notre-Seigneur Jésus-Christ.


ÉPÎTRE : de Saint Paul aux Philippiens 3, 17-21 ; 4, 1-3
Saint Paul nous presse de ne pas vivre en ennemis de la Croix du Christ par une vie toute terrestre. Faisons grandir en nous le désir de notre Patrie véritable  :

Léctio Epístolæ beáti Pauli Apóstoli ad Philippénses
Lecture de l’Épître du Bienheureux Apôtre Paul aux Philippiens

Fratres : Imitatóres mei estóte, et observáte eos, qui ita ámbulant, sicut habétis formam nostram. Multi enim ámbulant, quos sæpe dicébam vobis (nunc autem et flens dico) inimícos Crucis Christi : quorum finis intéritus : quorum Deus venter est : et glória in confusióne ipsórum, qui terréna sápiunt. Nostra autem conversátio in cælis est : unde etiam Salvatórem exspectámus, Dóminum nostrum Iesum Christum, qui reformábit corpus humilitátis nostræ, configurátum córpori claritátis suæ, secúndum operatiónem, qua étiam possit subícere sibi ómnia. Itaque, fratres mei caríssimi et desideratíssimi, gáudium meum et coróna mea : sic state in Dómino, caríssimi. Evódiam rogo et Sýntychen déprecor idípsum sápere in Dómino. Etiam rogo et te, germáne compar, ádiuva illas, quæ mecum laboravérunt in Evangélio cum Cleménte et céteris adiutóribus meis, quorum nómina sunt in libro vitæ.
Mes frères, soyez mes imitateurs, et regardez ceux qui marchent selon le Modèle que vous avez en nous. Car il y a en a beaucoup, dont je vous ai souvent parlé, et dont je vous parle encore maintenant avec larmes, qui marchent en ennemis de la Croix du Christ. Leur fin sera la perdition ; ils ont pour dieu leur ventre, ils mettent leur gloire dans ce qui est leur honte, et leurs pensées sont pour la terre. Quant à nous, notre vie est dans le Ciel, d’où nous attendons comme Sauveur notre Seigneur Jésus-Christ, qui transformera notre corps d’humiliation, en le rendant semblable à son Corps Glorieux, par le Pouvoir qu’Il a de s’assujettir toutes choses. C’est pourquoi, mes frères très aimés et très désirés, qui êtes ma joie et ma couronne, demeurez ainsi fermes dans le Seigneur, mes bien-aimés. Je prie Evodie, et je conjure Syntiché, d’avoir les mêmes sentiments dans le Seigneur. Et toi aussi, mon fidèle collègue, je te prie de les assister, elles qui ont travaillé avec moi pour l’Évangile, avec Clément et mes autres collaborateurs, dont les noms sont dans le Livre de Vie.


GRADUEL : (Psaume 43, 8-9)
Dieu veut nous libérer : quel que soit notre passé, appelons-Le avec une grande confiance  :
Liberásti nos, Dómine, ex affligéntibus nos : et eos, qui nos odérunt, confudísti.
Vous nous avez délivrés, Seigneur, de ceux qui nous affligeaient et Vous avez confondu ceux qui nous haïssaient.
V/. In Deo laudábimur tota die, et in nómine tuo confitébimur in sǽcula.
V/. En Dieu nous nous glorifierons tout le jour et nous célébrerons à jamais votre Nom.


ALLÉLUIA : (Psaume 129, 1-2)
L’Alléluia chante le radieux Appel de notre Foi en la Résurrection au Retour du Seigneur, le célèbre « De profundis »  :
Allelúia, allelúia.
V/. De profúndis clamávi ad te, Dómine : Dómine, exáudi oratiónem meam. Allelúia.
V/. Du fond des abîmes je crie vers Vous, ô Seigneur ; Seigneur, exaucez ma prière. Alléluia.


ÉVANGILE : (selon Saint Matthieu 9, 18-26)
On obtient de Dieu autant qu'on en espère. Et les deux Miracles de cet Évangile soulignent la puissance de la Foi sur le Cœur de notre Dieu :

+ Sequéntia sancti Evangélii secundum Matthǽum
+ Suite du Saint Évangile selon Saint Matthieu

In illo témpore : Loquénte Iesu ad turbas, ecce, princeps unus accéssit et adorábat eum, dicens : Dómine, fília mea modo defúncta est : sed veni, impóne manum tuam super eam, et vivet. Et surgens Iesus sequebátur eum et discípuli eius. Et ecce múlier, quæ sánguinis fluxum patiebátur duódecim annis, accéssit retro et tétigit fímbriam vestiménti eius. Dicébat enim intra se : Si tetígero tantum vestiméntum eius, salva ero. At Iesus convérsus et videns eam, dixit : Confíde, fília, fides tua te salvam fecit. Et salva facta est múlier ex illa hora. Et cum venísset Iesus in domum príncipis, et vidísset tibícines et turbam tumultuántem, dicebat : Recédite : non est enim mórtua puélla, sed dormit. Et deridébant eum. Et cum eiécta esset turba, intrávit et ténuit manum eius. Et surréxit puella. Et éxiit fama hæc in univérsam terram illam.
En ce temps-là, comme Jésus parlait à la foule, un chef de synagogue s’approcha, et se prosterna devant Lui, en disant : Seigneur, ma fille est morte il y a un instant ; mais venez, imposez Votre main sur elle, et elle vivra. Jésus, se levant, le suivait avec Ses disciples. Et voici qu’une femme, qui souffrait d’une perte de sang depuis douze ans, s’approcha par derrière, et toucha la frange de Son vêtement. Car elle disait en elle-même : Si je puis seulement toucher Son vêtement, je serai guérie. Jésus, se retournant et la voyant, dit : Aie confiance, ma fille, ta Foi t’a sauvée. Et la femme fut guérie à l’heure même. Lorsque Jésus fut arrivé à la maison du chef de synagogue, et qu’Il eut vu les joueurs de flûte et une foule bruyante, Il dit : Retirez-vous ; car cette jeune fille n’est pas morte, mais elle dort. Et ils se moquaient de Lui. Lorsque la foule eut été renvoyée, Il entra, et prit la main de la jeune fille. Et la jeune fille se leva. Et le bruit s’en répandit dans tout le pays.


OFFERTOIRE : (Psaume 129, 1-2)
Demandons à Jésus qu’Il nous prenne par la main et nous tire de l'abîme où nous a entraînés le péché :
De profúndis clamávi ad te, Dómine : Dómine, exáudi oratiónem meam : de profúndis clamávi ad te. Dómine.
Du fond des abîmes, je crie vers Vous, ô Seigneur, Seigneur, exaucez, ma prière. Du fond des abîmes je crie vers Vous, Seigneur.


SECRÈTE :
Dans la Secrète, nous disons au Seigneur que nous Lui offrons le sacrifice de louange — la louange parfaite que seul le Verbe Incarné peut rendre au Père — afin d’obtenir la Grâce de demeurer de plus en plus fidèles au service de ses Autels :
Pro nostræ servitútis augménto sacrifícium tibi, Dómine, laudis offérimus : ut, quod imméritis contulísti, propítius exsequáris. Per Dóminum nostrum.
Pour accroître notre zèle à Vous servir, nous Vous offrons, Seigneur, ce sacrifice de louange, afin que nous étant propice, Vous acheviez en nous ce que sans mérite de notre part, votre Grâce a commencé. Par Notre-Seigneur Jésus-Christ.


PRÉFACE de la SAINTE TRINITÉ :
La Préface suivante est dite :

Vere dignum et iustum est, æquum et salutáre, nos tibi semper et ubíque grátias ágere : Dómine sancte, Pater omnípotens, ætérne Deus.
Il est vraiment juste et nécessaire, c’est notre devoir et c’est notre Salut, de Vous rendre grâces toujours et partout, Seigneur, Père Saint, Dieu Éternel et Tout-Puissant.
Qui cum Unigénito Fílio tuo et Spíritu Sancto unus es Deus, unus es Dóminus : non in uníus singularitáte persónæ, sed in uníus Trinitáte substántiæ.
Avec votre Fils Unique, et le Saint-Esprit, Vous êtes un seul Dieu, Un seul Seigneur, non dans l’unité d’une seule personne, mais dans la Trinité d’une seule substance.
Quod enim de tua glória, revelánte te, crédimus, hoc de Fílio tuo, hoc de Spíritu Sancto, sine discretióne sentímus.
Car ce que nous croyons au sujet de votre Gloire, sur la foi de votre Révélation, de votre Fils et du Saint-Esprit, nous le croyons aussi, sans aucune différence.
Ut, in confessióne veræ sempiternǽque Deitátis, et in persónis propríetas, et in esséntia únitas, et in maiestáte adorétur æquálitas.
En sorte que, confessant la vraie et éternelle Divinité, nous adorons et la propriété dans les Personnes et l’Unité dans l’essence et l’égalité dans la Majesté.
Quam laudant Angeli atque Archángeli, Chérubim quoque ac Séraphim, qui non cessant clamáre cotídie, una voce dicéntes :
C’est Elle que louent les Anges et les Archanges, les Chérubins avec les Séraphins, qui ne cessent chaque jour de chanter en disant d’une voix unanime :


COMMUNION : (Marc 11, 24)
« Tout est possible à celui qui croit » :
Amen, dico vobis, quidquid orántes pétitis, crédite, quia accipiétis, et fiet vobis.
En Vérité, je vous le dis, tout ce que vous demandez en priant, croyez que vous le recevrez et cela vous sera donné.


POSTCOMMUNION :
« Ne nous laissez pas succomber à la tentation… » :
Quǽsumus, omnípotens Deus : ut, quos divína tríbuis participatióne gaudére, humánis non sinas subiacére perículis. Per Dóminum
Nous Vous supplions, ô Seigneur notre Dieu, de ne pas supporter que ceux auxquels Vous accordez la Joie de prendre part au divin Banquet, succombent dans les périls qui menacent l’humanité. Nous Vous le demandons par Jésus-Christ Notre-Seigneur.


Voir l’ensemble du déroulement de « l’Ordinaire de la Messe de Saint Pie V » en latin et en français avec des explications selon l’Ordo Missae de 1962 afin de mieux assister au Saint Sacrifice de la Messe


Femme-grande-est-ta-foi-que-tout-se-passe-pour-toi-comme-tu-le-veux-Mt-15-21-28.jpg
- La Méditation sur « Une femme est guérie en touchant le vêtement de Jésus » de Monsieur l’Abbé de Brandt


malade-mourant.jpg
- La Prière sur la Résurrection de la fille du chef de synagogue (Matthieu 9, 18-26) d’Adolphe Baudon de Mony « Seigneur Jésus, Vous avez su rappeler du tombeau cette jeune fille déjà plongée dans la mort »

- Le Sermon sur l'hémorroïsse et la fille de Jaïre « Jésus et la gent féminine » de l’Abbé Denis Puga