Sainte « Messe du Neuvième Dimanche après la Pentecôte » (Dominica Nona post Pentecosten) :


2ème classe - Ornements Verts

Voyant Jérusalem, Jésus pleura sur elle : « Si tu avais connu, toi aussi, au moins en ce Jour qui t'est donné, ce qui te procurerait la Paix ! »

Les Lectures de ce IXe Dimanche après la Pentecôte nous dressent le tableau des terribles châtiments que les Israélites s'attirèrent par leurs infidélités. Et l'histoire d'Israël et de Jérusalem continue aujourd'hui : l’homme ne souffre sur cette terre que parce qu'il refuse de recevoir son Dieu et de croire à son Amour. Les chants redisent pourtant notre confiance : Dieu est toujours prêt à nous aider dans nos tentations (Introït) dans la mesure même où nous comptons sur Lui (Épître) et que nous voulons accomplir Sa volonté (Collecte).


INTROÏT : (Psaume 53, 6-7)
Notre vie est un combat ; nos ennemis, ce sont nos passions désordonnées :

Ecce, Deus adiuvat me, et Dóminus suscéptor est ánimæ meæ : avérte mala inimícis meis, et in veritáte tua dispérde illos, protéctor meus, Dómine.
Voici que Dieu vient à mon aide, et que le Seigneur est le Protecteur de ma vie. Faites retomber les maux de mes ennemis et exterminez-les dans votre Vérité, Seigneur, mon Protecteur.

Ps. 53, 3 : Deus, in nómine tuo salvum me fac : et in virtúte tua libera me.
Ps. 53, 3 : Ô Dieu, sauvez-moi par votre Nom ; et rendez-moi Justice par votre Puissance.

V/. Gloria Patri, et Filio, et Spiritui Sancto, sicut erat in principio, et nunc et semper, et in saecula saeculorum. Amen (Gloire au Père et au Fils et au Saint-Esprit, comme Il était au Commencement, maintenant et toujours, dans les siècles des siècles. Ainsi soit-il)
Puis on répète l'antienne « Ecce, Deus adiuvat me » . Cette façon de répéter l'Introït s'observe pendant toute l'année.


COLLECTE :
Les Juifs crient vers le Ciel, et les Oreilles du Seigneur restent fermées à leurs supplications, parce qu’ils n’ont point su demander ce qui plaisait au Seigneur. L’Église demande, dans la Collecte, qu’il n’en soit jamais ainsi pour Ses fils :
Páteant aures misericórdiæ tuæ, Dómine, précibus supplicántium : et, ut peténtibus desideráta concédas ; fac eos quæ tibi sunt plácita, postuláre. Per Dóminum.
Seigneur, que les oreilles de votre Miséricorde soient ouvertes aux prières de ceux qui L’implorent ; et afin que Vous leur accordiez ce qu’ils désirent de Vous, faites qu’ils ne Vous demandent que ce qui Vous est agréable.


ÉPITRE : (1. Cor. 10, 6-13)
Dans ce passage, « Saint Paul nous presse de ne pas imiter les Israélites dans les différents péchés qu'ils commirent après leur sortie d’Égypte : désirs sensuels, idolâtrie, débauche, apostasie et murmures. Leur histoire doit servir à notre expérience. Être tenté est le fait de l'homme : et Dieu non seulement nous soutient par sa Grâce, mais Il permet que la tentation nous soit spirituellement avantageuse... Jamais Dieu n'est plus près de nous qu'au temps de la tentation » (Bx Cardinal Schuster)  :

Léctio Epístolæ beáti Pauli Apóstoli ad Corinthios
Lecture de l’Épître du Bienheureux Apôtre Paul aux Corinthiens

Fratres : Non simus concupiscéntes malórum, sicut et illi concupiérunt. Neque idolólatræ efficiámini, sicut quidam ex ipsis : quemádmodum scriptum est : Sedit pópulus manducáre et bíbere, et surrexérunt lúdere. Neque fornicémur, sicut quidam ex ipsis fornicáti sunt, et cecidérunt una die vigínti tria mília. Neque tentémus Christum, sicut quidam eórum tentavérunt, et a serpéntibus periérunt. Neque murmuravéritis, sicut quidam eórum murmuravérunt, et periérunt ab exterminatóre. Hæc autem ómnia in figúra contingébant illis : scripta sunt autem ad correptiónem nostram, in quos fines sæculórum devenérunt. Itaque qui se exístimat stare, vídeat ne cadat. Tentátio vos non apprehéndat, nisi humána : fidélis autem Deus est, qui non patiétur vos tentári supra id, quod potéstis, sed fáciet étiam cum tentatióne provéntum, ut póssitis sustinére.
Mes Frères, ne convoitons pas les choses mauvaises, comme eux les convoitèrent. Ne devenez pas idolâtres, comme quelques-uns d’entre eux, selon qu’il est écrit : « Le peuple s’assit pour manger et pour boire ; puis ils se levèrent pour se divertir ». Ne nous livrons point à l’impudicité, comme quelques-uns d’entre eux s’y livrèrent ; et il en tomba vingt-trois mille en un seul jour. Ne tentons point le Christ, comme le tentèrent quelques-uns d’entre eux, qui périrent par les serpents. Ne murmurez point comme murmurèrent quelques-uns d’entre eux, qui périrent sous les coups de l’Exterminateur. Or toutes ces choses leur sont arrivées en figure, et elles ont été écrites pour notre instruction, à nous qui sommes arrivés à la fin des temps. Ainsi donc que celui qui croit être debout prenne garde de tomber. Aucune tentation ne vous est survenue, qui n’ait été humaine ; et Dieu, qui est Fidèle, ne permettra pas que vous soyez tentés au-delà de vos forces ; mais, avec la tentation, Il ménagera aussi une heureuse issue en vous donnant le pouvoir de la supporter.


GRADUEL : (Psaume 8, 2)
Le Graduel, expression ardente de louange au Seigneur notre Dieu, vient reposer nos âmes fatiguées par le spectacle des ingratitudes du peuple juif et des punitions qu’elles ont attirées. Même aux plus tristes jours, la louange ne manque point dans l’Église, parce qu’il n’est point d’événement ici-bas qui puisse faire oublier à l’Épouse les splendeurs de l’Époux, ou l’empêcher d’exalter ses Magnificences  :
Dómine, Dóminus noster, quam admirábile est nomen tuum in universa terra !
Seigneur, notre Maître, que votre Nom est admirable dans toute la terre !
V/. Quóniam eleváta est magnificéntia tua super cælos.
V/. Car votre Magnificence s’élève au-dessus des Cieux.


ALLÉLUIA : (Psaume 58, 2)
Prière de l'âme fidèle en butte aux tentations et aux séductions de ses ennemis  :
Allelúia, allelúia.
V/. Eripe me de inimícis meis, Deus meus : et ab insurgéntibus in me líbera me. Allelúia.
V/. Sauvez-moi des mains de mes ennemis, ô mon Dieu, délivrez-moi de ceux qui se lèvent contre moi.


ÉVANGILE : (selon Saint Luc 19, 41-47)
Notre-Seigneur, voyant Jérusalem si ingrate et si endurcie, vit du même coup son malheur dans le présent et dans l'avenir, et Il pleura sur elle. Jérusalem est l'image de l'âme qui repousse la Grâce : « Jésus pleure ; le Créateur, le Juge pleure sur le péché et l'infidélité de Sa créature ! Purifions donc le temple de notre âme » (Dom Parsch) :

+ Sequéntia sancti Evangélii secundum Lucam
+ Suite du Saint Évangile selon Saint Luc

In illo témpore : Cum appropinquáret Iesus Ierúsalem, videns civitátem, flevit super illam, dicens : Quia si cognovísses et tu, et quidem in hac die tua, quæ ad pacem tibi, nunc autem abscóndita sunt ab óculis tuis. Quia vénient dies in te : et circúmdabunt te inimíci tui vallo, et circúmdabunt te : et coangustábunt te úndique : et ad terram prostérnent te, et fílios tuos, qui in te sunt, et non relínquent in te lápidem super lápidem : eo quod non cognóveris tempus visitatiónis tuæ. Et ingréssus in templum, cœpit eícere vendéntes in illo et eméntes, dicens illis : Scriptum est : Quia domus mea domus oratiónis est. Vos autem fecístis illam speluncam latrónum. Et erat docens cotídie in templo.
En ce temps-là, Jésus s’étant approché de Jérusalem, voyant la ville, Il pleura sur elle, en disant : Si tu connaissais, toi aussi, au moins en ce jour qui t’est donné, ce qui te procurerait la Paix ! Mais maintenant cela est caché à tes yeux. Il viendra sur toi des jours où tes ennemis t’environneront de tranchées, où ils t’enfermeront et te serreront de toutes parts ; et ils te renverseront à terre, toi et tes enfants qui sont au milieu de toi, et ils ne laisseront pas en toi pierre sur pierre, parce que tu n’as pas connu le temps où tu as été visitée. Et étant entré dans le temple, Il se mit à chasser ceux qui y vendaient et ceux qui y achetaient, leur disant : il est écrit : Ma maison est une Maison de Prière ; mais vous, vous en avez fait une caverne de voleurs. Et Il enseignait tous les jours dans le Temple.


OFFERTOIRE : (Psaume 18, 9-12)
Aimer les Commandements de Dieu est la meilleure façon d’y être fidèle :
Iustítiæ Dómini rectæ, lætificántes corda, et iudícia eius dulcióra super mel et favum : nam et servus tuus custódit ea.
Les Justices du Seigneur sont droites, elles réjouissent les cœurs ; Ses ordonnances sont plus douces que le miel et qu’un rayon plein de miel ; aussi Votre serviteur Les observe fidèlement.


SECRÈTE :
Prière d'une grande richesse : à chaque Messe, le Sacrifice du Christ en Croix est rendu présent et accomplit son Œuvre de Salut sur le monde :
Concéde nobis, quǽsumus, Dómine, hæc digne frequentáre mystéria : quia, quóties huius hóstiæ commemorátio celebrátur, opus nostræ redemptiónis exercétur. Per Dóminum.
Accordez-nous, s’il Vous plaît, Seigneur, d’assister souvent et dignement à ces Saints Mystères ; car chaque fois que l’on célèbre ce Sacrifice commémoratif, les fruits de notre Rédemption sont appliqués. Par Notre-Seigneur.


PRÉFACE de la SAINTE TRINITÉ :
La Préface suivante est dite :

Vere dignum et iustum est, æquum et salutáre, nos tibi semper et ubíque grátias ágere : Dómine sancte, Pater omnípotens, ætérne Deus.
Il est vraiment juste et nécessaire, c’est notre devoir et c’est notre salut, de Vous rendre grâces toujours et partout, Seigneur, Père Saint, Dieu Éternel et Tout-Puissant.
Qui cum Unigénito Fílio tuo et Spíritu Sancto unus es Deus, unus es Dóminus : non in uníus singularitáte persónæ, sed in uníus Trinitáte substántiæ.
Avec votre Fils Unique, et le Saint-Esprit, Vous êtes un seul Dieu, Un seul Seigneur, non dans l’unité d’une seule personne, mais dans la Trinité d’une seule substance.
Quod enim de tua glória, revelánte te, crédimus, hoc de Fílio tuo, hoc de Spíritu Sancto, sine discretióne sentímus.
Car ce que nous croyons au sujet de votre Gloire, sur la foi de votre Révélation, de votre Fils et du Saint-Esprit, nous le croyons aussi, sans aucune différence.
Ut, in confessióne veræ sempiternǽque Deitátis, et in persónis propríetas, et in esséntia únitas, et in maiestáte adorétur æquálitas.
En sorte que, confessant la vraie et éternelle Divinité, nous adorons et la propriété dans les Personnes et l’Unité dans l’essence et l’égalité dans la Majesté.
Quam laudant Angeli atque Archángeli, Chérubim quoque ac Séraphim, qui non cessant clamáre cotídie, una voce dicéntes :
C’est Elle que louent les Anges et les Archanges, les Chérubins avec les Séraphins, qui ne cessent chaque jour de chanter en disant d’une voix unanime :


COMMUNION : (Jean 6, 57)
Le Christ veut être notre Nourriture et notre Force dans nos combats quotidiens :
Qui mandúcat meam carnem et bibit meum sánguinem, in me manet et ego in eo, dicit Dóminus.
Celui qui mange ma Chair et boit mon Sang, demeure en moi et moi en lui, dit le Seigneur.


POSTCOMMUNION :
Demandons une Grâce d'Union toujours plus profonde avec Notre-Seigneur et entre nous tous qui Communions :
Tui nobis, quǽsumus, Dómine, commúnio sacraménti, et purificatiónem cónferat, et tríbuat unitátem. Per Dóminum.
Faites, nous Vous en supplions, Seigneur, que la réception de votre Sacrement, nous purifie et nous unisse à Vous. Par Notre-Seigneur Jésus-Christ.


Voir l’ensemble du déroulement de « l’Ordinaire de la Messe de Saint Pie V » en latin et en français avec des explications selon l’Ordo Missae de 1962 afin de mieux assister au Saint Sacrifice de la Messe




Jesus-pleure-sur-Jerusalem-Lc-XIX-41-47.jpg

Voir également lorsque « Jésus pleure sur la ville de Jérusalem (Luc 19, 41-47) :
- La Méditation « Cœur adorable de Jésus, accordez-moi la Grâce de m'intéresser comme Vous au Salut des pauvres pécheurs » de Monsieur l’Abbé de Brandt
- Les Prières et Résolutions pour chaque Jour de la Semaine du IXe Dimanche après la Pentecôte « Ô Jésus, donnez-moi le Don des larmes, afin que je pleure avec Vous » de l’Abbé Jean-Baptiste La Sausse
- La Prière d’Adolphe Baudon de Mony « Ô Seigneur Jésus, faites-nous comprendre que si nous avons été pécheurs, il faut maintenant être pénitents »
- La Prière de componction du Père Jean Crasset « Ô Adorable Jésus, donnez des larmes à mes yeux pour pleurer amèrement mes péchés »
- La Prière de Ludolphus de Saxonia « Seigneur Jésus, éclairez-moi afin que je connaisse mes péchés et que j'aperçoive les dangers qui me menacent »
- La Prière « Ô mon Jésus, je Vous demande Une de Vos Larmes Précieuses pour laver mes péchés » du Révérend Père Antoine Boissieu
- La Prière « Seigneur Jésus, ne suis-je pas aussi infidèle que Jérusalem ? » de Mgr Jean-Baptiste Massillon
- La Prière du Révérend Père Dominique Bouix « Ô Jésus, qui, en pleurant sur Jérusalem, avez aussi pleuré sur moi »
- La Prière de Monsieur l’abbé Jean-Baptiste Fourault « Ô Jésus, dont la Face adorable versa des larmes sur cette ville ingrate, ayez pitié de nous ! »
- La Prière du R. P. Luis de la Puente « Ô Jésus, donnez-moi des torrents de larmes pour pleurer mes péchés »