Sainte « Messe du Mercredi des Cendres » (Feria Quarta Cinerum) :

1ère classe - Ornements violets - Station à Sainte-Sabine
Tout le Carême est un appel continuel à la Miséricorde de Dieu. Si la Pénitence Chrétienne comporte des mortifications et des gestes extérieurs (comme l'Imposition des Cendres), Elle doit surtout devenir de plus en plus intérieure et nous aider à nous détacher du péché.
A la Messe qui suit la Bénédiction des Cendres, on ne dit pas les Prières en bas de l'Autel.


INTROÏT : (Sagesse 11, 24-27)
Rassurée par l’acte d’humilité qu’elle vient d’accomplir, l’âme chrétienne se laisse aller à la confiance envers le Dieu de Miséricorde. Elle ose Lui rappeler son amour pour les hommes qu’Il a créés, et la longanimité avec laquelle Il a daigné attendre leur retour à Lui. Ces sentiments sont le sujet de l’Introït, dont les Paroles sont empruntées au Livre de la Sagesse :

MISERERIS ómnium, Dómine, et nihil odísti eórum quæ fecísti, dissímulans peccáta hóminum propter pæniténtiam et parcens illis : quia tu es Dóminus, Deus noster.
Vous avez pitié de tous, Seigneur, et Vous ne haïssez rien de tout ce que Vous avez fait, et Vous dissimulez les péchés des hommes à cause du repentir et Vous leur pardonnez, car Vous êtes le Seigneur notre Dieu.

Ps. 56, 2 : Miserére mei, Deus, miserére mei : quóniam in te confídit ánima mea.
Ps. 56, 2 : Ayez pitié de moi, ô Dieu, ayez pitié de moi, car mon âme a confiance en Vous.

V/. Gloria Patri, et Filio, et Spiritui Sancto, sicut erat in principio, et nunc et semper, et in saecula saeculorum. Amen (Gloire au Père et au Fils et au Saint-Esprit, comme Il était au Commencement, maintenant et toujours, dans les siècles des siècles. Ainsi soit-il)
Puis on répète l'antienne « MISERERIS » . Cette façon de répéter l'Introït s'observe pendant toute l'année.


COLLECTE :
Dans la Collecte, l’Église demande pour Ses enfants que la salutaire pratique du jeûne soit par eux accueillie avec empressement, et qu’ils y persévèrent pour le bien de leurs âmes :
PRÆSTA, Dómine, fidélibus tuis : ut ieiuniórum veneránda sollémnia, et cóngrua pietáte suscípiant, et secúra devotióne percúrrant. Per Dóminum.
ACCORDEZ, Seigneur, à Vos fidèles, d’entreprendre avec la piété convenable, la pratique de ces jeûnes vénérables et solennels et d’en parcourir la carrière avec une dévotion que rien ne puisse troubler.


ÉPITRE : (Joël 2, 12-19)
En signe de deuil el de douleur, les Hébreux avaient coutume de déchirer leurs vêtements. En prêchant la pénitence collective – et le Carême est aussi une action communautaire -, le Prophète Joël appelle surtout à la pénitence intérieure. A ceux qui accepteront la conversion du cœur, Dieu promet l'abondance de ses Biens, le Blé et le Vin Eucharistiques, ainsi que l'Huile Sainte  :

Léctio Ioélis Prophétæ
Lecture du Prophète Joël

HÆC dicit Dóminus : Convertímini ad me in toto corde vestro, in ieiúnio, et in fletu, et in planctu. Et scíndite corda vestra, et non vestiménta vestra, et convertímini ad Dóminum, Deum vestrum : quia benígnus et miséricors est, pátiens, et multæ misericórdiæ, et præstábilis super malítia. Quis scit, si convertátur, et ignóscat, et relínquat post se benedictiónem, sacrifícium et libámen Dómino, Deo vestro ? Cánite tuba in Sion, sanctificáte ieiúnium, vocáte cœtum, congregáte pópulum, sanctificáte ecclésiam, coadunáte senes, congregáte parvulos et sugéntes úbera : egrediátur sponsus de cubíli suo, et sponsa de thálamo suo. Inter vestíbulum et altare plorábunt sacerdótes minístri Dómini, et dicent : Parce, Dómine, parce pópulo tuo : et ne des hereditátem tuam in oppróbrium, ut dominéntur eis natiónes. Quare dicunt in pópulis : Ubi est Deus eórum ? Zelátus est Dóminus terram suam, et pepércit pópulo suo. Et respóndit Dóminus, et dixit populo suo : Ecce, ego mittam vobis fruméntum et vinum et óleum, et replebímini eis : et non dabo vos ultra oppróbrium in géntibus : dicit Dóminus omnípotens.
VOICI ce que dit le Seigneur : revenez à moi de tout votre coeur, avec des jeûnes avec des larmes et des lamentations. Déchirez vos coeurs, et non vos vêtements, et revenez au Seigneur, votre Dieu ; car Il est Miséricordieux et Compatissant, lent à la colère et riche en Bonté, et Il s’afflige du mal qu’Il envoie. Qui sait s’Il ne reviendra pas et ne se repentira pas, et s’Il ne laissera pas après Lui une Bénédiction, l’offrande et la libation pour le Seigneur, notre Dieu ? Sonnez de la trompette en Sion, publiez un jeûne, convoquez une assemblée. Assemblez le peuple, publiez une sainte réunion, rassemblez les vieillards, réunissez les enfants et les nourrissons à la mamelle. Que le nouvel époux quitte sa chambre, et l’épouse son pavillon. Qu’entre le portique et l’autel, les prêtres, ministres du Seigneur, pleurent, et qu’ils disent : « Seigneur, épargnez votre Peuple, et ne livrez pas votre Héritage à l’opprobre, pour être l’objet des moqueries des nations. Pourquoi dirait-on parmi les peuples où est leur Dieu ? » Le Seigneur a été ému de jalousie pour son Pays, et Il a eu pitié de son Peuple. Le Seigneur a répondu et dit à son Peuple : Voici que je vais vous envoyer le blé, le vin nouveau et l’huile, et vous en serez rassasiés et je ne ferai plus de vous un sujet d’opprobre parmi les nations. C’est ce que dit le Seigneur Tout-Puissant.


GRADUEL : (Psaume 56, 2.4)
L’Église, dans le Graduel, continue d’épancher les sentiments de Sa confiance envers le Dieu de toute Bonté ; Elle se flatte que Ses enfants seront fidèles aux moyens qu’Elle leur propose pour le désarmer :
MISERERE mei, Deus, miserére mei : quóniam in te confídit ánima mea.
Ayez pitié de moi, ô Dieu, ayez pitié de moi, car mon âme a confiance en Vous.

V/. Misit de cælo, et liberávit me, dedit in oppróbrium conculcántes me.
V/. Il a envoyé du Ciel son Secours et Il m’a délivré ; Il a couvert d’opprobre ceux qui me foulaient aux pieds.


TRAIT : (Psaume 102, 10 ; 78, 8-9)
Le Trait suivant est dit aux Messes des lundis, mercredis et vendredis jusqu’au Mercredi de la Semaine Sainte inclus sauf au Mercredi des Quatre-Temps :
DOMINE, non secúndum peccáta nostra, quæ fécimus nos : neque secúndum iniquitátes nostras retríbuas nobis.
SEIGNEUR, ne nous traitez pas selon nos péchés, et ne nous punissez pas selon nos iniquités.
V/. Dómine, ne memíneris iniquitátum nostrarum antiquarum : cito antícipent nos misericórdiæ tuæ, quia páuperes facti sumus nimis. (Ici on se met à genoux)
V/. Seigneur, ne Vous souvenez plus de nos anciennes iniquités ; que vos Miséricordes viennent en hâte au-devant de nous, car nous sommes réduits à la dernière misère.
V/. Adiuva nos, Deus, salutáris noster : et propter glóriam nóminis tui, Dómine, libera nos : et propítius esto peccátis nostris, propter nomen tuum.
V/. Aidez-nous, ô Dieu notre Sauveur, et pour la Gloire de votre Nom, Seigneur, délivrez-nous et pardonnez-nous nos péchés, à cause de votre Nom.


ÉVANGILE : (Matth. 6, 16-21)
Jésus nous enseigne à Son tour le jeûne véritable, accompli avec pureté d'intention et sans ostentation :

+ Sequéntia sancti Evangélii secundum Matthǽum
+ Suite du Saint Évangile selon Saint Matthieu

IN illo témpore : Dixit Iesus discípulis suis : Cum ieiunátis, nolíte fíeri, sicut hypócritæ, tristes. Extérminant enim fácies suas, ut appáreant homínibus ieiunántes. Amen, dico vobis, quia recepérunt mercédem suam. Tu autem, cum ieiúnas, unge caput tuum, et fáciem tuam lava, ne videáris homínibus ieiúnans, sed Patri tuo, qui est in abscóndito : et Pater tuus, qui videt in abscóndito, reddet tibi. Nolíte thesaurizáre vobis thesáuros in terra : ubi ærúgo et tínea demólitur : et ubi fures effódiunt et furántur. Thesaurizáte autem vobis thesáuros in cælo : ubi neque ærúgo neque tínea demólitur ; et ubi fures non effódiunt nec furántur. Ubi enim est thesáurus tuus, ibi est et cor tuum.
EN ce temps-là, Jésus dit à Ses disciples : lorsque vous jeûnez, ne prenez pas un air sombre, comme les hypocrites, qui exténuent leur visage, pour faire paraître aux hommes qu’ils jeûnent ; en vérité, je vous le dis, ils ont reçu leur récompense. Pour toi, quand tu jeûnes, parfume ta tête et lave ton visage, afin qu’il ne paraisse pas aux hommes que tu jeûnes, mais à ton Père qui est présent dans le secret ; et ton Père, qui voit dans le secret, te le rendra. Ne vous amassez pas des trésors sur la terre, où les voleurs percent les murs et dérobent. Mais amassez-vous des trésors dans le Ciel, où ni la teigne ni les vers ne consument, et où les voleurs ne percent pas les murs ni ne dérobent. Car là où est ton trésor, là aussi sera ton cœur.


OFFERTOIRE : (Psaume 29, 2-3)
EXALTABO te, Dómine, quóniam suscepísti me, nec delectásti inimícos meos super me : Dómine, clamávi ad te, et sanásti me.
Je Vous exalterai, Seigneur, parce que Vous m’avez relevé et que Vous n’avez pas réjoui mes ennemis à mon sujet. Seigneur, j’ai crié vers Vous et Vous m’avez guéri.


SECRÈTE :
Le Carême est appelé « Sacrement » en un sens large : comme Source de Grâce dans la mesure où nous y puisons :
FAC nos, quǽsumus, Dómine, his munéribus offeréndis conveniénter aptári : quibus ipsíus venerábilis sacraménti celebrámus exórdium. Per Dóminum.
Nous Vous en supplions, Seigneur, faites que nous soyons préparés comme il convient à Vous offrir ces dons avec lesquels nous célébrons l’Institution de ce vénérable Sacrement.


PRÉFACE DU CARÊME :
La Préface du Carême (Præfatio de Quadragesima) suivante est dite jusqu’au samedi avant le Dimanche de la Passion inclus, selon les rubriques :
VERE dignum et iustum est, æquum et salutáre, nos tibi semper et ubíque grátias ágere : Dómine, sancte Pater, omnípotens ætérne Deus :
Il est vraiment juste et nécessaire, c’est notre devoir et c’est notre salut, de Vous rendre grâces toujours et partout, Seigneur, Père saint, Dieu éternel et tout-puissant :

Qui corporáli jejúnio vitia cómprimis, mentem élevas, virtútem largíris et prǽmia : per Christum Dóminum nostrum.
Vous qui, par le jeûne corporel, réprimez les vices, élevez l’âme, accordez la force et la récompense : par le Christ notre Seigneur.

Per quem maiestátem tuam laudant Angeli, adórant Dominatiónes, tremunt Potestátes. Cæli cælorúmque Virtútes ac beáta Séraphim sócia exsultatióne concélebrant. Cum quibus et nostras voces ut admítti iúbeas, deprecámur, súpplici confessióne dicentes.
Par Lui les Anges louent votre Majesté, les Dominations Vous adorent, les Puissances se prosternent en tremblant. Les Cieux, les Vertus des cieux et les bienheureux Séraphins La célèbrent, unis dans une même allégresse. A leurs chants, nous Vous prions, laissez se joindre aussi nos voix pour proclamer dans une humble louange.


COMMUNION : (Ps 1, 2-3)
« Si nous goûtons la Parole de Dieu que l'Église nous proposera chaque jour, la lumière et l'amour iront toujours croissant en nos cœurs, et lorsque le Sauveur sortira des ombres du sépulcre, ses Clartés se réfléchiront sur nous » (Dom Guéranger) :
QUI meditábitur in lege Dómini die ac nocte, dabit fructum suum in témpore suo.
CELUI qui médite jour et nuit la Loi du Seigneur donnera du fruit en son temps.


POSTCOMMUNION :
PERCEPTA nobis, Dómine, prǽbeant sacraménta subsídium : ut tibi grata sint nostra ieiúnia, et nobis profíciant ad medélam. Per Dóminum nostrum.
Que les Sacrements que nous avons reçus nous donnent, Seigneur, le Secours, afin que nos jeûnes Vous soient agréables, et servent à notre guérison.

ORAISON SUR LE PEUPLE :
À toutes les Messes de Carême, en semaine, on ajoute après les postcommunions l'Oraison sur le Peuple. A l'invitation du Célébrant (ou, à la Messe Solennelle, du diacre, qui se tourne alors vers le peuple), les fidèles inclinent la tête :
Orémus. Humiliáte cápita vestra Deo.
Prions. Humiliez vos têtes devant Dieu
INCLINANTES se, Dómine, maiestáti tuæ, propitiátus inténde : ut, qui divíno múnere sunt refécti, cæléstibus semper nutriántur auxíliis. Per Dóminum.
Jetez un regard favorable, ô Seigneur, sur ceux qui s’inclinent devant votre Majesté, afin que ceux qui ont été nourris de Vos dons divins soient toujours soutenus par les Secours célestes.


Voir l’ensemble du déroulement de « l’Ordinaire de la Messe de Saint Pie V » en latin et en français avec des explications selon l’Ordo Missae de 1962 afin de mieux assister au Saint Sacrifice de la Messe