Sainte Messe du Quatrième Dimanche après la Pentecôte (Dominica Quarta post Pentecosten) :


2ème classe - Ornements Verts

Dimanche dernier, l'Église nous présentait la figure du Bon Pasteur prenant Sa brebis sur Ses épaules ; aujourd'hui, Elle nous offre l'image du Pêcheur et du Poisson (Évangile) en lien avec la Fête toute proche du Prince des Apôtres, Saint Pierre. Les chants et les oraisons expriment ses sentiments de confiance au milieu des périls et des souffrances de cette vie, à l'image de la barque de Pierre au milieu de la mer.


INTROÏT : (Psaume 26, 1-3)
L’Introït emprunte les paroles de David pour chanter les Hauts Faits de l’Époux et proclamer la confiance dans laquelle Son triomphe L’a établie pour jamais :

Dóminus illuminátio mea et salus mea, quem timebo ? Dóminus defénsor vitæ meæ, a quo trepidábo ? qui tríbulant me inimíci mei, ipsi infirmáti sunt, et cecidérunt.
Le Seigneur est ma Lumière et mon Salut, qui craindrai-je ? Le Seigneur est le Défenseur de ma vie, de quoi tremblerai-je ? Mes ennemis qui me suscitent des maux, ce sont eux qui se sont affaiblis et sont tombés.

Ps. 26, 3 : Si consístant advérsum me castra : non timébit cor meum.
Ps. 26, 3 : Si des armées rangées en bataille s’élèvent contre moi : mon cœur n’aura pas de frayeur.

V/. Gloria Patri, et Filio, et Spiritui Sancto, sicut erat in principio, et nunc et semper, et in saecula saeculorum. Amen (Gloire au Père et au Fils et au Saint-Esprit, comme Il était au Commencement, maintenant et toujours, dans les siècles des siècles. Ainsi soit-il)

Puis on répète l'antienne « Dóminus illuminátio mea et salus mea ». Cette façon de répéter l'Introït s'observe pendant toute l'année.


COLLECTE :
« L'Église, malgré Sa confiance dans le Secours du Ciel pour les jours mauvais, demande la Paix en ce monde : Elle craint pour Ses fils dont plusieurs, qu'une vie tranquille eût sauvés, périront dans l'épreuve » (Dom Guéranger) :
Da nobis, quǽsumus, Dómine : ut et mundi cursus pacífice nobis tuo órdine dirigátur ; et Ecclésia tua tranquílla devotióne lætétur. Per Dóminum nostrum.
Donnez-nous, nous Vous en prions, Seigneur : que le cours du monde soit pour nous paisible sous la conduite de votre Providence ; et que votre Église Vous serve avec joie dans la tranquillité. Par Notre-Seigneur.


ÉPÎTRE de Saint Paul Apôtre aux Romains 8, 18-23 :
Saint Paul nous décrit l'état des enfants de Dieu en ce monde : les souffrances du temps présent, qui ne durent qu'un temps, nous sont nécessaires pour nous enfanter au Ciel et à la Béatitude éternelle. Le mystérieux gémissement de la nature, qui attend elle aussi sa pleine participation à la Rédemption, nous prêche l'attente du Retour du Seigneur  :

Léctio Epístolæ beáti Pauli Apóstoli ad Romános
Lecture de l’Épître de Saint Paul Apôtre aux Romains

Fratres : Exístimo, quod non sunt condígnæ passiónes huius témporis ad futúram glóriam, quæ revelábitur in nobis. Nam exspectátio creatúræ revelatiónem filiórum Dei exspéctat. Vanitáti enim creatúra subiécta est, non volens, sed propter eum, qui subiécit eam in spe : quia et ipsa creatúra liberábitur a servitúte corruptiónis, in libertátem glóriæ filiórum Dei. Scimus enim, quod omnis creatúra ingemíscit et párturit usque adhuc. Non solum autem illa, sed et nos ipsi primítias spíritus habéntes : et ipsi intra nos gémimus, adoptiónem filiórum Dei exspectántes, redemptiónem córporis nostri : in Christo Iesu, Dómino nostro.
Mes frères : J’estime que les souffrances du temps présent n’ont pas de proportion avec la Gloire à venir qui sera manifestée en nous. Aussi la créature attend-elle d’une vive attente la manifestation des enfants de Dieu. Car la créature a été assujettie à la vanité, non pas volontairement, mais à cause de celui qui l’a assujettie avec espérance ; en effet, la créature aussi sera elle-même délivrée de cet asservissement à la corruption, pour participer à la glorieuse Liberté des enfants de Dieu. Car nous savons que toute créature gémit et est dans le travail de l’enfantement jusqu’à cette heure ; et non seulement elle, mais nous aussi, qui avons les prémices de l’Esprit, nous aussi nous gémissons en nous-mêmes, attendant l’adoption des enfants de Dieu, la Rédemption de notre corps, en Notre-Seigneur Jésus-Christ.


GRADUEL : (Ps 78, 9-10)
Propítius esto, Dómine, peccátis nostris : ne quando dicant gentes : Ubi est Deus eórum ?
Soyez apaisé, Seigneur, quant à nos péchés, afin que les nations ne disent point : Où est leur Dieu ?
V/. Adiuva nos, Deus, salutáris noster : et propter honórem nóminis tui, Dómine, líbera nos.
V/. Venez à notre aide, ô Dieu, notre Sauveur, et pour l’honneur de votre Nom, Seigneur, délivrez-nous.


ALLÉLUIA : (Ps. 9, 5.10)
Allelúia, allelúia.
V/. Deus, qui sedes super thronum, et iúdicas æquitátem : esto refúgium páuperum in tribulatióne. Allelúia.
V/. Ô Dieu, qui siégez sur Votre trône et jugez avec équité, soyez le Refuge des pauvres dans la tribulation. Alléluia.


ÉVANGILE : (selon Saint Luc 5, 1-11)
Duc in altum. Le Christ nous invite à aller au large en nous fiant à sa Parole, sans nous laisser troubler par les difficultés, les épreuves et les souffrances ; car Il est avec nous et nous accompagne : « Lâcher le filet sur la Parole de Jésus-Christ, c’est ne rien s’attribuer à soi-même mais tout attribuer à Lui » (Saint Antoine de Padoue) :

+ Sequéntia sancti Evangélii secúndum Lucam
+ Suite du Saint Évangile selon Saint Luc

In illo témpore : Cum turbæ irrúerent in Iesum, ut audírent verbum Dei, et ipse stabat secus stagnum Genésareth. Et vidit duas naves stantes secus stagnum : piscatóres autem descénderant et lavábant rétia. Ascéndens autem in unam navim, quæ erat Simónis, rogávit eum a terra redúcere pusíllum. Et sedens docébat de navícula turbas. Ut cessávit autem loqui, dixit ad Simónem : Duc in altum, et laxáte rétia vestra in captúram. Et respóndens Simon, dixit illi : Præcéptor, per totam noctem laborántes, nihil cépimus : in verbo autem tuo laxábo rete. Et cum hoc fecíssent, conclusérunt píscium multitúdinem copiósam : rumpebátur autem rete eórum. Et annuérunt sóciis, qui erant in ália navi, ut venírent et adiuvárent eos. Et venérunt, et implevérunt ambas navículas, ita ut pæne mergeréntur. Quod cum vidéret Simon Petrus, prócidit ad génua Iesu, dicens : Exi a me, quia homo peccátor sum, Dómine. Stupor enim circumdéderat eum et omnes, qui cum illo erant, in captúra píscium, quam céperant : simíliter autem Iacóbum et Ioánnem, fílios Zebedǽi, qui erant sócii Simónis. Et ait ad Simónem Iesus : Noli timére : ex hoc iam hómines eris cápiens. Et subdúctis ad terram návibus, relictis ómnibus, secuti sunt eum.
En ce temps-là : Jésus, pressé par la foule qui voulait entendre la Parole de Dieu, se tenait sur le bord du lac de Génésareth. Et Il vit deux barques arrêtées au bord du lac ; les pêcheurs étaient descendus, et lavaient leurs filets. Et montant dans l’une de ces barques, qui appartenait à Simon, Il le pria de s’éloigner un peu de la terre ; et s’étant assis, Il enseignait les foules de dessus la barque. Lorsqu’Il eut cessé de parler, Il dit à Simon : Pousse au large, et jetez vos filets pour pêcher. Simon, Lui répondant, dit : Maître, nous avons travaillé toute la nuit sans rien prendre ; mais, sur votre Parole, je jetterai le filet. Lorsqu’ils l’eurent fait, ils prirent une si grande quantité de poissons, que leur filet se rompait. Et ils firent signe à leurs compagnons, qui étaient dans l’autre barque, de venir les aider. Ils vinrent, et ils remplirent les deux barques, au point qu’elles étaient presque submergées. Quand Simon Pierre vit cela, il tomba aux pieds de Jésus, en disant : Seigneur, retirez-Vous de moi, car je suis un pécheur. Car l’épouvante l’avait saisi, et aussi tous ceux qui étaient avec lui, à cause de la pêche des poissons qu’ils avaient faite ; et de même Jacques et Jean, fils de Zébédée qui étaient compagnons de Simon. Alors Jésus dit à Simon : Ne crains point ; désormais ce sont des hommes que tu prendras. Et ayant ramené les barques à terre, ils quittèrent tout, et Le suivirent.


OFFERTOIRE : (Psaume 12, 4-5)
Illúmina óculos meos, ne umquam obdórmiam in morte : ne quando dicat inimícus meus : Præválui advérsus eum.
Éclairez mes yeux, en sorte que jamais je ne m’endorme dans la mort, et que mon ennemi ne dise pas : J’ai prévalu contre lui.


SECRÈTE :
Oblatiónibus nostris, quǽsumus, Dómine, placáre suscéptis : et ad te nostras étiam rebélles compélle propítius voluntátes. Per Dóminum nostrum.
Nous Vous en supplions, Seigneur, laissez-Vous fléchir en recevant nos oblations, et, dans votre Bienveillance, poussez nos volontés, même rebelles, à recourir à Vous. Par Notre-Seigneur Jésus-Christ.


PRÉFACE de la Sainte Trinité :
La Préface suivante est dite :
Vere dignum et iustum est, æquum et salutáre, nos tibi semper et ubíque grátias ágere : Dómine sancte, Pater omnípotens, ætérne Deus.
Il est vraiment juste et nécessaire, c’est notre devoir et c’est notre Salut, de Vous rendre Grâces toujours et partout, Seigneur, Père Saint, Dieu Éternel et Tout-Puissant.
Qui cum Unigénito Fílio tuo et Spíritu Sancto unus es Deus, unus es Dóminus : non in uníus singularitáte persónæ, sed in uníus Trinitáte substántiæ.
Avec votre Fils Unique, et le Saint-Esprit, Vous êtes un seul Dieu, Un seul Seigneur, non dans l’unité d’une seule personne, mais dans la Trinité d’une seule substance.
Quod enim de tua glória, revelánte te, crédimus, hoc de Fílio tuo, hoc de Spíritu Sancto, sine discretióne sentímus.
Car ce que nous croyons au sujet de votre Gloire, sur la Foi de votre Révélation, de votre Fils et du Saint-Esprit, nous le croyons aussi, sans aucune différence.
Ut, in confessióne veræ sempiternǽque Deitátis, et in persónis propríetas, et in esséntia únitas, et in maiestáte adorétur æquálitas.
En sorte que, confessant la vraie et éternelle Divinité, nous adorons et la propriété dans les Personnes et l’Unité dans l’essence et l’égalité dans la Majesté.
Quam laudant Angeli atque Archángeli, Chérubim quoque ac Séraphim, qui non cessant clamáre cotídie, una voce dicéntes :
C’est Elle que louent les Anges et les Archanges, les Chérubins avec les Séraphins, qui ne cessent chaque jour de chanter en disant d’une voix unanime :


COMMUNION : (Ps 17, 3)
Dans la Communion, le Seigneur nous donne sa Force pour avancer au large :
Dóminus firmaméntum meum, et refúgium meum, et liberátor meus : Deus meus, adiútor meus.
Le Seigneur est mon ferme Appui, mon Refuge et mon Libérateur ; mon Dieu est Celui qui m’aide.


POSTCOMMUNION :
Mystéria nos, Dómine, quǽsumus, sumpta puríficent : et suo múnere tueántur. Per Dóminum nostrum.
Faites, nous Vous en supplions, Seigneur, que les Mystères par nous reçus, nous purifient, et qu’en leur Vertu bienfaisante, ils nous soient une Protection. Par Notre-Seigneur Jésus-Christ.


Voir l’ensemble du déroulement de « l’Ordinaire de la Messe de Saint Pie V » en latin et en français avec des explications selon l’Ordo Missae de 1962 afin de mieux assister au Saint Sacrifice de la Messe

Convertissez-vous-et-croyez-a-l-Evangile-Mc-1-15.jpg

Voir également en ce Quatrième Dimanche après la Pentecôte :
- La Prière du Quatrième Dimanche après la Pentecôte « Divin Sauveur, Vous avez aujourd'hui récompensé la Foi de vos Apôtres par la Pêche Miraculeuse » d’Adolphe Baudon de Mony
- Les Prières et Résolutions pour chaque Jour de la Quatrième Semaine après la Pentecôte sur la Pêche Miraculeuse selon Saint Luc « Seigneur, je Vous supplie de Vous servir de moi pour la Conversion et la Sanctification d'un grand nombre d’âmes » de l’Abbé Jean-Baptiste La Sausse
- Le Sermon sur l’Évangile de la Pêche Miraculeuse (Luc V, 5) « Sur Votre Parole je jetterai les filets » de l’Abbé Denys de Crécy
- Le Sermon sur l'Appel des disciples selon Saint Luc V, 1-11 « Simon, ne craint point, tu seras pêcheur d’hommes » de Monsieur l’Abbé Denys de Crécy
- Le Sermon du Quatrième Dimanche après la Pentecôte « Viens et suis Moi » de l’Abbé François-Marie Chautard
- Le Sermon sur la Pêche Miraculeuse (Luc V, 1-11) « Pêcher avec Notre Seigneur » de l’Abbé Gabriel Billecocq
- Le Sermon sur l'Appel de Pierre, Jacques et Jean selon Saint Luc V, 1-11 « Prions pour l'Église enseignante et les Vocations » de Monsieur l’Abbé Michel Frament