jesus-christ-Berger.jpg

« Sainte Messe du 16ème Dimanche du Temps Ordinaire » du 18 juillet 2021 (année « B ») :


Parole de Dieu pour ce 16ème Dimanche du Temps Ordinaire : Selon son cœur… « S'il ne fallait garder qu'un Psaume dans la Bible, ce pourrait être le Psaume 22. Peut-être certains le trouvent-ils un peu trop mièvre ou naïf, pourtant il dévoile une relation subtile entre le Seigneur et son Peuple. L'image pastorale peut faire sourire ou agacer, tant elle a engendré diverses déclinaisons dans la vie de l'Église. Au mieux, elle mettra en valeur le soin du berger envers son troupeau, au pire elle réduira les fidèles à des moutons dociles. Vous laissez périr et vous dispersez les brebis de mon pâturage. Pourtant, la postérité du Psaume le fait rejoindre la vie concrète de nombreux croyants afin d'exprimer la beauté et la profondeur de leur relation avec Dieu. En identifiant le Christ au Bon Berger, les premiers Chrétiens y décelaient la sollicitude du Père pour Ses enfants, Lui dont le Fils a traversé les ravins de la mort, sans craindre le mal. Du Baptême jusqu'à l'Eucharistie, c'est toute la vie chrétienne qui est comprise comme la conduite vers le repos et la maison du Seigneur. L'espérance qui tisse le Psaume oriente vers l'attente de la Rencontre avec le Seigneur où nous partagerons une même table et une même coupe. Jésus peut donc se présenter comme le vrai Berger, Lui dont le Cœur vibre de compassion au diapason de Celui de Dieu et des hommes. Les Apôtres qu'Il continue de former, en les conduisant au repos, seront alors de vrais missionnaires selon son Cœur. Entrons, nous aussi, dans son Repos » (Père Olivier Praud)


L’esprit de ce 16ème Dimanche du Temps Ordinaire (année B) : Du repos pour mieux se donner... « Mes frères bien-aimés, c'est toujours un bonheur que de suivre Jésus dans Sa vie quotidienne et de sentir Son humanité respirer sous Sa divinité. Aujourd'hui, nous attrapons au voI les Apôtres qui rentrent d'une tournée de prédication sans doute assez épuisante, mais ... par grâce et parce qu'ils sont bien lunés, la joie est au rendez-vous, malgré les yeux cernés; et après tout, peut-être est-ce un bon signe, car lorsqu'on se donne à fond dans un travail, quel qu'il soit, le cœur se dilate, une sorte d'énergie qui prend source dans la tension nerveuse étreint tout l'être, si bien que l'on pourrait aller encore au bout du monde, même si le corps n'en pouvait plus. Cependant, Jésus, connaissant ce processus et pénétrant jusqu'aux cellules qui composent l'être humain, demande aux Apôtres de calmer le jeu et de se reposer un peu. « Un peu », dit-Il ; il ne s'agit pas de s'avachir, de perdre le rythme du don de soi, de s'écouter outre mesure, mais de reprendre force par un bon temps de repos. Mais quoi ! Si le corps ne se repose, l'esprit n'atteint pas la clarté nécessaire pour empoigner la vie et la servir comme il convient ! Aussi Jésus désire que les Siens se mettent à l'écart, loin de la foule. « Reposez-vous », dit jésus à Ses enfants bien-aimés. L'Évangile précise qu'en temps habituelles les Apôtres n'avaient même pas le temps de manger ... Nous découvrons par-là à quel point leurs journées étaient toutes entières livrées au bien d'autrui ; ils sont un exemple pour nous ! Aussi, tant que nous tenons debout, nous les amis du Christ, c'est-à-dire, vous et moi, il faut essayer de se livrer sans réserve à l'amour des autres. A l'heure où nous rejoignons les Apôtres, ils déjeunent, puis s'endorment à l'ombre d'un arbre, cependant que Jésus, Lui, ne se ménage pas et se fait manger par les foules qui sollicitent son Amour sous la forme de sa Voix qui enseigne, de ses Mains qui soignent et qui sauvent. Son Cœur est vibrant ; Il accomplit Son travail de Rédempteur en engageant tout Son être ; et en premier lieu, Il utilise son Regard, sa perception de la misère humaine, pour la faire retentir au plus intime de Lui-même. Nous, les Prêtres, il faut bien l'avouer, bien souvent, nous nous comportons comme des fonctionnaires de Dieu : on célèbre les obsèques, les mariages, et souvent la Messe quotidienne, en nous tenant extérieurs à ce que les personnes traversent ; nous ne pleurons pas en voyant des régions entières sinistrées sur le plan spirituel ; on avance, on fait son boulot, mais le cœur ne vibre pas, nous ne sommes pas, pour reprendre une expression de l'Évangile, « pris de pitié » pour l'humanité, d'où l'infécondité de notre vie, et c'est là que je veux en venir aujourd'hui ! La sensibilité n'est pas à renier, elle n'est pas à montrer du doigt comme si elle était dangereuse ; c'est au contraire la distanciation, le non-engagement, la réserve qui sont à condamner et à exclure d'une vraie démarche chrétienne. Partout on entend ce leitmotiv : « Ne vous impliquez pas affectivement, vous y laisseriez la peau. » Eh bien, le Christ, Lui, a laissé la Sienne, et par là nous a montré son Amour et nous a sauvés. Par pitié pour tous les hommes éloignés de Dieu, qui construisent leur vie hors de Lui, imitons le Christ, l'homme parfait, et nous deviendrons à notre tour des humains et des chrétiens authentiques. Que le Christ nous bénisse avec son Père et leur Esprit commun » (Père Michel-Marie Zanotti-Sorkine)


Signe-de-Croix Au nom du Père et du Fils et du Saint-Esprit. Ainsi soit-il.


Antienne d'ouverture de la Sainte « Messe du 16ème Dimanche du Temps Ordinaire » 18 juillet 2021 (année « B ») :

« Voici que le Seigneur vient m’aider, Dieu, mon Appui entre tous. De grand cœur j'offrirai le Sacrifice, je rendrai grâce à son Nom, car Il est Bon ! »


Prière d'ouverture de la Sainte « Messe du 16ème Dimanche du Temps Ordinaire » 18 juillet 2021 (année « B ») :

« Sois favorable à Tes fidèles, Seigneur, et multiplie les Dons de ta Grâce : entretiens en eux la Foi, l'Espérance et la Charité, pour qu'ils soient attentifs à garder tes Commandements. Par Jésus-Christ, ton Fils, notre Seigneur et notre Dieu qui vit et règne avec Toi dans l'unité du Saint-Esprit, maintenant et pour les siècles des siècles »


Lectures de la Sainte « Messe du 16ème Dimanche du Temps Ordinaire » 18 juillet 2021 (année « B ») :


Première Lecture du Livre du prophète Jérémie (Jr 23, 1-6) de la Sainte « Messe du 16ème Dimanche du Temps Ordinaire » 18 juillet 2021 (année « B ») :

« Je ramènerai le reste de mes brebis, je susciterai pour elles des pasteurs »

« Quel malheur pour vous, pasteurs ! Vous laissez périr et vous dispersez les brebis de mon pâturage – oracle du Seigneur ! C’est pourquoi, ainsi parle le Seigneur, le Dieu d’Israël, contre les pasteurs qui conduisent mon peuple : Vous avez dispersé mes brebis, vous les avez chassées, et vous ne vous êtes pas occupés d’elles. Eh bien ! Je vais m’occuper de vous, à cause de la malice de vos actes – oracle du Seigneur. Puis, je rassemblerai moi-même le reste de mes brebis de tous les pays où je les ai chassées. Je les ramènerai dans leur enclos, elles seront fécondes et se multiplieront. Je susciterai pour elles des pasteurs qui les conduiront ; elles ne seront plus apeurées ni effrayées, et aucune ne sera perdue – oracle du Seigneur. Voici venir des jours – oracle du Seigneur, où je susciterai pour David un Germe juste : il régnera en vrai roi, il agira avec intelligence, il exercera dans le pays le droit et la justice. En ces jours-là, Juda sera sauvé, et Israël habitera en sécurité. Voici le Nom qu’on Lui donnera : « Le-Seigneur-est-notre-Justice ».

Le sens de cette Première Lecture du Livre du prophète Jérémie (Jr 23, 1-6) : Au VIe siècle avant Notre Seigneur Jésus-Christ Jérémie constate la corruption des autorités religieuses et politiques. Il la dénonce vigoureusement en employant la métaphore classique du berger et de son troupeau pour dire la mission du roi à l'égard de son peuple. Mais, dans sa foi, le prophète entrevoit déjà l'Intervention de Dieu pour donner enfin à son Peuple un Berger digne de ce nom dans la dynastie de David.


Psaume 22 (Ps 22 (23), 1-2ab, 2c-3, 4, 5, 6) de la Sainte « Messe du 16ème Dimanche du Temps Ordinaire » 18 juillet 2021 (année « B ») :

R/ Le Seigneur est mon Berger : rien ne saurait me manquer (cf. Ps 22, 1)

Le Seigneur est mon Berger :
Je ne manque de rien.
Sur des prés d’herbe fraîche,
Il me fait reposer.

Il me mène vers les eaux tranquilles
Et me fait revivre ;
Il me conduit par le juste chemin
Pour l’honneur de son Nom.

Si je traverse les ravins de la mort,
Je ne crains aucun mal,
Car Tu es avec moi :
Ton bâton me guide et me rassure.

Tu prépares la table pour moi
Devant mes ennemis ;
Tu répands le parfum sur ma tête,
Ma coupe est débordante.

Grâce et bonheur m’accompagnent
Tous les jours de ma vie ;
J’habiterai la Maison du Seigneur
Pour la durée de mes jours.


Deuxième Lecture de la Lettre de Saint Paul apôtre aux Éphésiens (Ep 2, 13-18) de la Sainte « Messe du 16ème Dimanche du Temps Ordinaire » 18 juillet 2021 (année « B ») :

« Le Christ est notre Paix : des deux, le Juif et le païen, il a fait une seule réalité »

« Frères, maintenant, dans le Christ Jésus, vous qui autrefois étiez loin, vous êtes devenus proches par le Sang du Christ. C’est Lui, le Christ, qui est notre paix : des deux, le Juif et le païen, il a fait une seule réalité ; par sa Chair crucifiée, Il a détruit ce qui les séparait, le mur de la haine ; Il a supprimé les prescriptions juridiques de la loi de Moïse. Ainsi, à partir des deux, le Juif et le païen, Il a voulu créer en Lui un seul Homme Nouveau en faisant la paix, et réconcilier avec Dieu les uns et les autres en un seul corps par le moyen de la Croix ; en sa Personne, Il a tué la haine. Il est venu annoncer la Bonne Nouvelle de la Paix, la Paix pour vous qui étiez loin, la Paix pour ceux qui étaient proches. Par Lui, en effet, les uns et les autres, nous avons, dans un seul Esprit, accès auprès du Père ».

Le sens de cette Deuxième Lecture de la Lettre de Saint Paul apôtre aux Éphésiens (Ep 2, 13-18) : Avant l'arrivée du Christianisme, Juifs et païens se méprisaient mutuellement : les Juifs, fiers de leur Loi et de la pureté de leurs mœurs ne frayaient pas avec les païens ; mais ceux-ci trouvaient ridicules et obsolètes l'accoutrement des Juifs et les exigences de leur Loi. Les Prédicateurs Chrétiens, tous issus du judaïsme, à l'origine, s'adressèrent tout naturellement d'abord aux Juifs. C'est ainsi que la Communauté Chrétienne d'Éphèse fut d'abord constituée de Juifs baptisés par Apollos. Mais, après l'arrivée de Paul et le refus du plus grand nombre des Juifs d'adhérer au Christ, des païens demandèrent le Baptême. Paul voit dans cette fraternisation nouvelle le début de réalisation du grand Projet divin de fraternité universelle, grâce à l'Esprit Saint.


Alléluia ! Alléluia !

« Mes brebis écoutent ma Voix, dit le Seigneur ; moi, Je les connais, et elles Me suivent » (cf. Jn 10, 27)

Alléluia !

Christ-sur-la-montagne.jpg

Saint Évangile de Notre Seigneur Jésus Christ selon Saint Marc (Mc 6, 30-34) de la Sainte « Messe du 16ème Dimanche du Temps Ordinaire » 18 juillet 2021 (année « B ») :


« Ils étaient comme des brebis sans berger »

« En ce temps-là, après leur première mission, les Apôtres se réunirent auprès de Jésus, et Lui annoncèrent tout ce qu’ils avaient fait et enseigné. Il leur dit : « Venez à l’écart dans un endroit désert, et reposez-vous un peu. » De fait, ceux qui arrivaient et ceux qui partaient étaient nombreux, et l’on n’avait même pas le temps de manger. Alors, ils partirent en barque pour un endroit désert, à l’écart. Les gens les virent s’éloigner, et beaucoup comprirent leur intention. Alors, à pied, de toutes les villes, ils coururent là-bas et arrivèrent avant eux. En débarquant, Jésus vit une grande foule. Il fut saisi de compassion envers eux, parce qu’ils étaient comme des brebis sans berger. Alors, Il se mit à les enseigner longuement ».


Credo


Prière Universelle de la Sainte « Messe du 16ème Dimanche du Temps Ordinaire » 18 juillet 2021 (année « B ») :

R/ Notre Père, Notre Père, nous Te supplions humblement

Afin que les fidèles en particulier, mais plus généralement tous les êtres humains, prennent des vacances respectueuses de l'environnement, de la maison commune qui leur est confiée, nous implorons le Seigneur. R/

Afin que le temps des vacances estivales soit un temps de mission pour chaque Baptisé heureux d'annoncer son Amour et toutes les Merveilles qu'Il a faites dans leur vie, prions le Dieu de Tendresse R/

A l'Invitation de Jésus, afin que nous sachions nous retirer dans un endroit désert pour nous reposer avec Lui et en Lui, ainsi que pour connaître ce à quoi Il nous appelle chacun personnellement, prions le Seigneur. R/

Comme Jésus saisi de compassion envers les foules qui se précipitent vers Lui, prions le Seigneur afin que les hommes soient saisis de compassion là où s'élève leur impuissance tout humaine à résoudre des problèmes. R/


Prière sur les Offrandes de la Sainte « Messe du 16ème Dimanche du Temps Ordinaire » 18 juillet 2021 (année « B ») :
« Dans l'unique et parfait Sacrifice de la Croix, Tu as porté à leur achèvement, Seigneur, les sacrifices de l'ancienne loi ; reçois cette offrande des mains de Tes fidèles et daigne la sanctifier comme Tu as béni les présents d'Abel : que les dons offerts par chacun pour Te glorifier servent au salut de tous. Par Jésus, le Christ, Notre Seigneur »


Préface de la Sainte « Messe du 16ème Dimanche du Temps Ordinaire » 18 juillet 2021 (année « B ») :
Vraiment, il est juste et bon de Te rendre gloire, de T'offrir notre action de grâce, toujours et en tout lieu, à Toi, Père très Saint, Dieu Éternel et Tout-Puissant par le Christ, notre Seigneur. Dans sa Pitié pour notre misère, Il voulut naître d'une femme, la Vierge Marie. Par sa Passion et sa Croix, Il nous a délivrés de la mort éternelle ; par sa Résurrection d'entre les morts, Il nous a donné la Vie qui n'aura pas de fin. C'est pourquoi, avec les anges et tous les Saints, nous proclamons ta Gloire, en chantant (disant) d'une seule voix : ...

« Sanctus, Sanctus, Sanctus Dominus Deus Sabaoth. Pleni sunt caeli et terra gloria tua. Hosanna, in excélsis. Benedictus qui venit in nomine Domini. Hosanna, in excélsis ! »

Communion-Salutaris-Hostia.jpg

Antienne de la Sainte Communion de la Sainte « Messe du 16ème Dimanche du Temps Ordinaire » 18 juillet 2021 (année « B ») :
« Voici que je me tiens à la porte et je frappe, dit le Seigneur, si quelqu'un entend ma Voix, s'il m’ouvre, j'entrerai chez lui, je prendrai mon repas avec lui, et lui avec Moi »


Voir l’Acte de Communion Spirituelle afin de permettre aux Fidèles Catholiques de Communier spirituellement face au Coronavirus dans un Jeûne Eucharistique en ce Temps de troisième confinement « Seigneur Jésus, puisque je suis empêché de Te recevoir sacramentellement » composé par Monseigneur Raymond Centène. Voir également la Prière du Cardinal Rafael Merry del Val pour une Communion Spirituelle « Ô mon Jésus, dans l’attente du bonheur de la Communion sacramentelle, je veux Te posséder en esprit » prononcée par le Pape François lors de sa Messe matinale à Sainte-Marthe le lundi 23 mars 2020.


Prière après la Sainte Communion de la Sainte « Messe du 16ème Dimanche du Temps Ordinaire » 18 juillet 2021 (année « B ») :

« Dieu très Bon, reste auprès de Ton peuple, car sans Toi notre vie tombe en ruine ; fais passer à une Vie nouvelle ceux que Tu as initiés aux Sacrements de ton Royaume. Par Jésus, le Christ, Notre Seigneur »



Et que Dieu Tout-Puissant, vous bénisse...
Signe-de-Croix Au nom du Père et du Fils et du Saint-Esprit. Ainsi soit-il.


V/ Ita Missa est.
R/ Deo gratias.

V/ Allez, dans la Paix du Christ.
R/ Nous rendons grâce à Dieu.



Vidéo de la Sainte « Messe du 16ème Dimanche du Temps Ordinaire » 18 juillet 2021 (année « B ») célébrée et prêchée par Mgr Denis Jachiet , évêque auxiliaire de l’archidiocèse de Paris, en l'église de Saint-Germain-l'Auxerrois :